La crise financière chez TVA et les problèmes de financement des médias indépendants et alternatifs: Les exemples d’Infowars et de Lux Média

La décision récente de TVA de licencier quelques 500 personnes a confirmé combien les grands médias subventionnés sont en perte de vitesse. En effet, ils n’ont jamais réussi à s’adapter à l’arrivée de l’internet et de son caractère interactif. Beaucoup de dirigeants de ces entreprises médiatiques pensent encore comme on le faisait dans les années soixante-dix, alors que télévision, radio et journaux constituaient l’ensemble de l’offre médiatique où le consommateur devait gober un produit entièrement fini. Les médias alternatifs et indépendants, en misant sur la liberté procurée par internet, ont proposé aux consommateurs d’information des produits inédits, interactifs et malléables. J’aurais le goût ici de faire des suggestions à TVA pour qu’ils améliorent leurs produits et services mais je vais résister à cette tentation. En effet, voilà pas si longtemps, durant la «pandémie», les chroniqueurs et journalistes des grands médias subventionnés ont passé leur temps à déblatérer des insultes et des quolibets envers ceux qu’ils appelaient les «complotistes» (vous savez, ces énergumènes comme moi qui disaient la vérité au lieu des mensonges du gouvernement, oui oui ceux-là). Si un jour une autre pandémie s’installe dans nos pays, il n’y a aucune raison de croire que ces supposés journalistes et chroniqueurs se comporteraient de façon différente. Je vais donc utiliser mon temps de meilleure manière en réservant mes remarques et mes suggestions pour deux médias indépendants que j’aime beaucoup et qui, ceux-là, livrent la marchandise, Infowars et Lux-Média.

Commençons par Infowars, ce grand média américain de réinformation. Pour ceux qui ne le sauraient pas, la compagnie dont Alex Jones est propriétaire se trouve dans un processus de faillite présentement. Hier, lors de son émission du dimanche, Alex Jones a évoqué que la compagnie pourrait être liquidée dès le mois de janvier. Cela ne donne pas beaucoup de temps pour sauver les meubles mais il n’est peut-être pas trop tard. En effet, afin de financer son média alternatif, Alex Jones a depuis longtemps misé sur la vente de suppléments naturels. Pendant de nombreuses années, ce modèle d’affaire fonctionnait très bien. Les nombreux internautes se bousculaient pour acheter les produits naturels d’Infowars. Ça, c’était avant la censure instaurée par les Apple, Google, Facebook et Twitter à partir de 2016 en réaction à l’élection de Donald Trump. La censure a fait très mal aux médias alternatifs comme Infowars. Le matériel médiatique produit par Infowars ne se retrouvant plus sur les grandes plateformes numériques populaires, c’est autant de vues, de partages en moins, ce qui veut dire moins de visibilité et donc moins de ventes au détail. Comme il n’y pas lieu de croire que le problème de la censure va se résorber à court terme, Infowars doit changer de stratégie pour se financer. Et la solution est toute simple.

Se financer par la vente de produits naturels est un processus coûteux, long, fastidieux et lourd alors que la marge de profit est mince. Infowars devrait changer de modèle d’affaire en privilégiant la vente d’abonnements au lieu de produits naturels. Par exemple, Infowars pourrait créer des produits médiatiques exclusifs accessibles aux membres seulement, en plus du matériel régulier gratuit pour tous les internautes. Et cela n’obligerait pas Infowars à abandonner sa ligne de produits naturels. Ceux-ci pourraient prendre une place secondaire par contre. L’avantage avec la vente d’abonnements, c’est que l’argent va directement dans les poches de l’entreprise sans aucun coût à absorber, sauf ceux reliés à la production du contenu médiatique alors qu’Infowars a déjà ses studios et son personnel pour produire le matériel gratuit. La marge de profit est presque de 100%. Pour convaincre les internautes de prendre un abonnement, Alex Jones pourrait, par exemple, proposer de donner accès en prime au matériel de Resetwars, une série payante mise en ligne voilà quelques temps déjà. Pour ceux ayant déjà payé pour Resetwars, Alex Jones pourrait décider, par exemple, de donner en prime le premier mois d’abonnement gratuit. Comme on le voit, la solution aux problèmes financiers d’Infowars est simple. Il ne s’agit que de la mettre en place.

Passons maintenant à Lux Média, le seul média indépendant du Québec. Le fondateur de Lux Média, André Pitre, a souvent fait remarquer que son média a de la difficulté à recueillir des dons et des abonnements. Le fait que Lux Média opère au Québec en langue française y est certainement pour quelque chose. Le marché du Québec est très petit et l’utilisation de la langue française limite grandement les possibilités d’expansion dans un domaine déjà très difficile, comme on l’a vu avec l’exemple d’Infowars. Néanmoins, Lux Média pourrait facilement améliorer sa situation en apportant certaines modifications à son modèle d’affaire. Tout d’abord, pour ceux qui ne connaissent pas Lux Média, disons que c’est un média de réinformation indépendant qui possède sa propre technologie de diffusion. Le contenu couvre surtout la scène québécoise mais aussi internationale. Lux Média a joué un rôle important durant la pandémie en étant le seul média québécois à présenter la réalité des faits au lieu de la propagande gouvernementale.

Pour assurer le financement de Lux Média, les dons n’étant pas suffisants, André Pitre a décidé voilà quelques mois de vendre des abonnements donnant accès à du matériel exclusif. Une partie du matériel est donc gratuite et l’autre est payante. Cette décision semble avoir été bénéfique pour Lux Média au moins à court terme. Mais dernièrement, André Pitre s’est plaint, durant certaines émissions, de la baisse des dons et des abonnements. Or, de mon côté, en tant qu’internaute, je ne suis pas sûr que l’obligation de payer ou de prendre un abonnement est mise en place correctement et je m’explique. Lux Média est un jeune média indépendant, alternatif, dont la mission est de réinformer la population dont le cerveau a été lavé par des décennies de propagande gouvernementale. Lux Média en est encore à l’étape de se faire connaître. Ce qui veut donc dire que toutes les opportunités pour faire connaitre le contenu doivent être saisies. Or, André Pitre et son équipe ont décidé de réserver le journal quotidien de réinformation pour les abonnés et c’est une mauvaise idée. Voyez-vous, le journal quotidien de réinformation constitue de loin la meilleure publicité que Lux Média peut se faire à lui-même. Les liens du journal de réinformation, en étant vus sur les grandes plateformes numériques, contribuent à faire connaitre Lux Média et ses produits médiatiques. Donc, en réservant le journal de réinformation pour les abonnés, cela a pour effet de ralentir la croissance de Lux Média…et donc des abonnements. Présentement, le journal de réinformation est accessible aux abonnés seulement alors que les émissions spécialisées avec des invités sont accessibles à tous. André Pitre et son équipe devraient prendre la décision de faire l’inverse: le journal de réinformation devrait être toujours gratuit afin de faire connaitre Lux Média, et le matériel plus spécialisé devrait être réservé aux membres payants. Ainsi donc, à moyen et à long terme, Lux Média pourrait voir une augmentation des dons et des abonnements et sortir de la précarité financière.

J’espère que ces suggestions aideront Infowars et Lux Média à régler leur problèmes financiers. D’ici là, il faut continuer le combat.

André Pitre commente le Projet de loi C-11 du gouvernement fédéral canadien

Selon André Pitre, le Projet de loi C-11 met en péril la liberté d’expression sur internet au Canada puisqu’il vise à censurer les créateurs de contenu comme les podcasts, chaînes vidéo, etc, par le biais des diffuseurs. Éventuellement, l’internet pourrait devenir complètement censuré au Canada.

Maria Zeee s’entretient avec Hope et Tivon sur les hautes technologies qui ont rendu possible l’agenda transhumaniste

Cet entretien de haut niveau présente les différentes technologies qui ont été déployées durant les dernières décennies pour rendre possible l’agenda transhumaniste et la Grande Réinitialisation: Nanotechnologies, poussière intelligente, géoingénierie, bandes de fréquences pour communication cellulaire, satellites à basse altitude, 5G, etc. Je joins également l’article scientifique de Hope et Tivon où vous pourrez retrouver toutes les informations qui sont discutées lors de cette entrevue. Entre autres, vous pourrez consulter le calendrier en quatre parties où l’on peut voir la synchronicité de l’apparition de ces technologies avec certains développements dans les domaines scientifique, légal et gouvernemental. Nul n’a besoin d’être un grand devin pour voir que l’apparition de la ‘covid-19’ et la mise en place de la Grande Réinitialisation ne sont pas dues au hasard. Elles ont été préparées depuis plusieurs décennies par des ‘élites’ qui savaient exactement ce qu’elles faisaient. À VOIR ABSOLUMENT ET À PARTAGER SUR TOUTES LES PLATEFORMES.

How They Hook Up Human Bodies To The Internet Using 6G, and 7G Terahertz, Satellites And Graphene Nanotech In The Covid Injections

Entrevue avec Karen Kingston sur l’internet des objets et des humains dans le cadre de la vaccination pour la covid-19

Joe Imbriano commente le décès de Anne Heche

Avec beaucoup de perspicacité, Joe Imbriano en vient à la conclusion que l’automobile de Anne Heche a probablement fait l’objet d’une prise de contrôle externe, via la connectivité des services internet et bluetooth. De plus, le fait que Anne Heche essayait de s’extirper de l’enveloppe mortuaire (body bag), comme on peut le voir sur les images captées par les caméras de surveillance, laisse croire qu’on essayait de probablement de lui enlever la vie en fait. Aussi, Anne Heche travaillait depuis quelque temps sur un projet de film exposant le trafic sexuel des enfants. L’ensemble des éléments pointe vers l’exécution pure et simple de Anne Heche. Je joins une vidéo de Greg Reese où il fait la même analyse.

Ken Pereira nous parle de la manoeuvre du ‘kill switch’ qui sera utilisée bientôt pour mettre en place la dictature

Some suggestions to President Trump for his social media strategy…

President Trump’s social media strategy is completely wrong and inadequate. You don’t need to be a genious to see that his newly created platform doesn’t meet the standards for a previous President of the United States. It is not interactive, there are no videos and it looks more like some archives of a message board from the ’90s than of a real platform. I don’t know who advise him on that but they obviously they don’t have a clue. So let me make some suggestions here.

President Trump shoud simply go where the American people, his base, is. Facebook, Twitter and Youtube are lost causes. As they censor more and more, they will eventually collapse under the weight of their own censorship. To expect that they might change is naive and a waste of time. So what President Trump needs to do is to create accounts on new platforms that represent the future of communication. You know, the kind of platforms that were not created by DARPA for spying on, controlling the perceptions of and waging war on the people. President Trump can claim the account under his name at Gab. That platform is a good replacement for Twitter and has videos capabilities. VK is a good replacement for Facebook and has video capabilities too. President Trump can easily replace both Twitter and Facebook by having official accounts there. Parler and Minds are other ones. Now concerning videos, there are numerous alternatives to Youtube: Bitchute, Odysee, Rumble, BrandNewTube, etc.

President Trump needs to engage directly with his fans, his base, instead of relying on the hope that, one day, Silicon Valley will allow him back on their outlets. I know that these other platforms might not look as sexy and shiny as the big ones but they represent the future. So we have to embrace them instead of whining about Big Tech. President Trump needs to create official accounts on all these platforms and deliver his tweets, posts and videos there. And then, engage directly with his base and fans by responding to the comments and reposts to create a dynamic. In other words, President Trump needs to do what his fans have been doing since 2016 when Big Tech started their censorship. He needs to encourage those who believe in freedom of speech and forget about the others. As a cornerstone, President Trump may have his own website or platform from where he launches and archives all of his communications. If President Trump doesn’t follow these simple suggestions, I am afraid that he will little by little fall into oblivion. The Biden Adminstration is in the process of completely destroying the United States. Time is running out. We need to start thinking outside the box very quickly. And we can do that by starting to do very simple things that get results. I hope my message will be heard.

David Icke nous entretient de la prochaine étape de la censure de l’internet qui s’annonce à l’horizon

Deux extraits d’entrevues avec Edward Snowden sur la cybersécurité

Nomos-TV commente le dossier de la censure de la chaîne Radio-Québec