Alexandre Cormier-Denis analyse la récente manifestation contre la Loi 21

Après avoir enduré le groupe PAJU (Palestiniens et Juifs Unis) sur la rue St-Denis pendant plusieurs années, eux qui contestaient la vente de souliers fabriqués en Israël, voici maintenant que s’est constitué un groupe, informe pour le moment, de nature similaire, avec un but similaire, celui de saper la légitimité de l’État québécois. Encore une fois, comme cela a été le cas aussi lors de la saga de la Charte des valeurs, ce sont exactement les mêmes groupes en présence même si les visages sont différents. Leurs méthodes, bien connues, se résument à pratiquer différentes formes d’intimidation et de harcèlement jusqu’à ce que les pouvoirs publics cèdent en leur faveur. Évidemment, nous ne devons absolument rien céder à ces individus qui n’ont d’autres fins que de briser le modèle québécois pour le remplacer par un régime gauchiste anti-capitaliste plus ou moins favorable à l’instauration de la charia.

Justin Trudeau et la tentation de la Chine: ‘Their basic dictatorship’…

Alors que le Canada est en période électorale, on a eu droit cette semaine à une scène digne d’un épisode de roman-savon. Les médias de masse ont concentré leur attention sur les photos de «blackface» qui ont surgi des années de jeunesse de Justin Trudeau. Ils n’ont parlé que de ça ou presque pendant 48 heures. Mais force est d’avouer qu’il ne s’agit ici que d’une anecdote, d’un fait divers, à la limite anodin, pas d’un enjeu fondamental de la politique d’état du Canada. Je comprends la controverse générée par la vue de telles photos et c’était en fait bien rigolo de les voir. Certains analystes politiques, avec justesse, ont fait remarquer qu’ils se sentaient davantage préoccupés par le manque de jugement de Justin Trudeau que par ces photos de blackface ou par d’autres déguisements qu’il a pu enfiler depuis qu’il est en politique.

Or, il y a beacoup plus inquiétant dans le gouvernement Trudeau que ses nombreux déguisements et frasques. Tout d’abord, il y a la présence de membres de la communauté sikhe au sein du gouvernement et au sein de l’Armée Canadienne et cette présence est inquiétante. En effet, un mouvement indépendantiste chez les Sikhs cherchent à créer un état autonome dans le continent indien, le Khalistan, et certains actes terroristes qui se sont produits dans les dernières décennies semblent être reliés à ce mouvement indépendantiste. D’ailleurs, dans cet article, on peut voir des membres des Forces Armées Canadiennes appartentant clairement à la communauté sikhe participer au défilé d’une fête communautaire, le Khalsa Day à Toronto en avril dernier, avec leurs armes de combat. Rien de moins. Et à la Chambre des Communes, non seulement retrouve-t-on des membres de la communauté sikhe parmi les élus mais le chef même du NPD, Jagmeet Singh, est lui aussi Sikh. Je crois que les électeurs canadiens sont en droit de se demander ce qui se passe réellement sur la scène politique fédérale. Les Sikhs sont-ils en train de prendre le contrôle du gouvernement canadien? Peut-être pas à proprement parler mais disons que les apparences nous font commencer à douter de l’état de la démocratie canadienne.

Ce qui m’amène à la pièce centrale de cet article. Lors d’une conférence donnée à un groupe de femmes en préparation des élections générales fédérales de 2015, Trudeau avait déclaré en anglais qu’il admirait la Chine «because their basic dictatorship»… Autrement dit, Trudeau n’admire pas la Chine en raison de ses prouesses technologiques, en raison de sa puissance économique ou pour quelque autre raison mais pour sa dictature de base… Ainsi, les électeurs canadiens sont également en droit de se demander ceci: Quelles sont les valeurs de Justin Trudeau? En quoi croit-il? Qu’est-ce qui est important pour lui? Comme je l’ai mentionné plus haut, beaucoup d’analystes politiques, de politiciens et de citoyens engagés lui reprochent son manque de jugement, illustré par ses nombreuses frasques qui ont été reprises par les médias. Personnellement, le fait que Justin Trudeau ne voit pas de problème à ce que son gouvernement fleurte avec la communauté sikhe pour les raisons et j’ai évoquées, et le fait qu’il admire la Chine «en raison de sa dictature de base», m’inquiète au plus haut point. Le chef du Parti Conservateur, Andrew Scheer, a dit que Justin Trudeau était indigne d’occuper la fonction de Premier Ministre suite à la publication des photos de blackface. Pour ma part, c’est plutôt en raison de son attitude envers la commnauté sikhe et en raison de son admiration pour la «dictature de base» de la Chine, que je crois que Justin Trudeau est indigne d’être Premier Ministre du Canada.

Alexandre Cormier-Denis: L’effondrement de la gauche souverainiste, sur Nomos-TV

Sébastien de Crèvecœur et Philippe Plamondon analysent le Projet de Loi 21 de la CAQ

Sébastien de Crèvecœur et Philippe Plamondon de Nomos-TV analysent le Projet de loi n° 21 sur la laïcité de l’État, du gouvernement de la Coalition Avenir Québec. C’est un projet de loi modéré qui se veut rassembleur. Les partisans de la droite politique et de la sphère patriotique et nationaliste en sont sûrement assez déçus mais, comme dit le proverbe, c’est mieux que rien.

Discours de Maxime Bernier à Québec, décembre 2018

Je ne suis pas nécessairement d’accord avec tout ce que dit Maxime Bernier mais je trouve sa mentalité, son attitude et son approche rafraîchissantes et stimulantes. Maxime Bernier est un fédéraliste convaincu, ce que je ne suis pas, moi qui suis en faveur de la souveraineté du Québec. Néanmoins, tant que le Québec fera partie du Canada, les souverainistes québécois n’auront d’autres choix que de continuer à s’impliquer dans la politique fédérale, puisque celle-ci a un impact direct sur nos vies. Il est dans l’intérêt des Québécois d’avoir le meilleur homme possible comme Premier Ministre du Canada et Bernier est de loin le meilleur candidat en liste pour les élections de 2019. Entre autres éléments, sa politique favorable au développement de l’industrie pétrolière au Canada lui donne beaucoup de crédibilité. En effet, cela ne prend pas un doctorat en sécurité nationale pour comprendre qu’il est beaucoup plus sécuritaire pour le Canada de consommer et d’exporter le pétrole que l’on trouve ici plutôt que l’importer de pays arabes ou musulmans, qui sont souvent des terroirs générateurs de terroristes. Que dans certaines provinces comme le Québec on préfère le pétrole de l’Algérie ou du Kazakhstan à celui de l’Alberta est complètement dingue, irrationnel et irresponsable. D’ailleurs, à cet égard, il faudrait que l’on arrête de dire que le pétrole de l’Alberta est     «sale». Les Albertains sont des gens respectueux, civilisés et bien élevés, ce qui n’est pas nécessairement le cas des citoyens de bien des pays qui exportent du pétrole. D’autres positions de Bernier me plaisent également, comme celle sur l’immigration. Bref, j’appuie Maxime Bernier et j’espère qu’il deviendra le prochain Premier Ministre du Canada.

Justin Trudeau fait preuve d’intolérance contre une citoyenne…au nom de la tolérance

Justin Trudeau est entré en colère contre une citoyenne tout simplement parce qu’elle a posé une question sur l’immigration. Lors l’on entend cela, on se prend à rêver à Maxime Bernier comme Premier Ministre du Canada. Maxime Bernier a un discours beaucoup mieux adapté aux réalités de l’immigration. Bien sûr, pour que cela puisse se produire, Monsieur Bernier devra trouver une façon de déloger Andrew Scheer comme chef du Parti Conservateur et cela ne sera pas facile. En attendant, on doit s’habituer à ce genre de comportement de la part de notre Premier Ministre actuel.

Conférence de presse improvisée du Président Trump à l’émission ‘Fox and Friends’

J’écris cet article en français car je veux être certain d’être bien compris par nos bonnes élites gauchistes qui gouvernent le Canada et le Québec. Ces élites se plaisent à détester le Président Trump pour ce qu’il représente, pour ce qu’il est, pour ce qu’il incarne. DonaldTrump représente tout ce qu’ils n’auront jamais, i.e. la force, la détermination, la clarté de jugement et la capacité de se faire respecter. Vous savez, depuis que j’ai créé ce blogue en 2010, j’ai eu à faire face à passablement d’adversité. On m’a harcelé et intimidé de toutes sortes de manières, tout simplement parce que j’ai voulu défendre ce qui est vrai et surtout ce qui est bon pour l’être humain. Un jour, j’écrirai un livre sur mon histoire. Vous ne croirai même pas 25% de tout ce qui sera dedans! Le Président Trump parle souvent de la ‘swamp’ américaine, cet ensemble d’individus qui vivent en paria sur le dos des contribuables en s’accaparant les richesses de l’état pour leur bien-être personnel. Eh bien, c’est une évidence qu’il y en a une également, une ‘swamp’, au Canada, aussi corrumpue que sa comparse américaine. En ce dimanche béni, le jour du soleil, j’ai pensé vous présenter cette conférence de presse improvisée du Président, tenue ce vendredi dernier. Elle représente bien ce qui est en train de se passer sur la planète: les patriotes sortent des sentiers battus pour s’adresser aux citoyens, directement, en parlant des vraies affaires. La swamp s’accroche au pouvoir désespérément. Elle recourt à toutes les saloperies possibles pour demeurer au pouvoir. Mais cela ne sert à rien puisque l’avenir est à nous. Personnellement, malgré toutes les difficultés et les souffrances que j’ai dû endurer, je suis convaincu d’une chose: c’est moi qui rira le dernier. Vive le mouvement patriotique, vive le Président Trump et vive les États-Unis d’Amérique!

Some considerations and reflections for President Trump for the renegotiation of NAFTA

To begin with, let me say that President Trump knows that he has signed a very bad document with the last 1.3 trillion omnibus spending bill. He should never have signed it and he knows that. He regretted it as soon as he did. He is probably frustrated, angry, disappointed and saddened by that. However, time is running out and we don’t have time to indulge ourselves into emotional reactions while there is so much to do to save western civilization. We have to keep going and continue to fight back. That’s why, on this Easter weekend, I would like to talk strategy a little bit. Everybody knows that the United States, Canada and Mexico are in a process a renegotiating NAFTA. In this article, I will leave aside Mexico since I don’t know much about their situation, besides the fact that it is letting millions of migrants going through their territory to reach the United States without stopping them, which speaks by itself on their mentality and behavior. So I will focus on Canada and the U.S.

Like everybody else you have seen the kind of dirt, lies, hatred and propaganda that was thrown at Trump during the Presidential campaign and since the beginning of his presidency. Question: According to you, how much of that was coming in fact from Canada, from the political elites and their allies in the media and other institutions? There is no way to know but anybody can make an educated guess. It is possible that it was actually coming from Canada, at least in part, with of course the participation of the Democrat Party and their activists. The Liberal Party controls the legislatures in the Province of Quebec and in Ottawa, the national capital, and others throughout the country. And the fact that they are in power in a province or at the federal level gives them the ability to use state powers to do things.

Elections are coming fast. Elections in Quebec are scheduled to take place on October 1st 2018. Elections at the federal level are scheduled to take place on October 21st 2019. My fear is that if Liberals in those two legislatures are respectively re-elected, they would then use state powers to undermine President Trump and maybe even try to unseat him. They may have done that already before. That’s why I think that it would be extremely unwise for President Trump to sign a new NAFTA deal before these crucial elections are held. Why? Precisely because then the Liberals of Philippe Couillard in Quebec and those of Justin Trudeau in Ottawa would use the signing of the deal as a marketing tool to sell their re-election bids to the public. On the contrary, without a new deal to show to the electorate, they would inevitably look incompetent on matters related to the economy, which would render their re-elections difficult. I am sure that with the Coalition Avenir Québec or the Parti Québécois in power in the legislature of Quebec, and with the Conservative Party of Canada in power in the legislature of Ottawa, the United States would find much better partners to conclude a trade deal that would be beneficial for both countries. But not only that. The collaboration with the United States in terms of security, border security, immigration would be greatly improved.

In a civilized world, countries don’t get involved in elections of other countries. But that doesn’t mean that you should let your political enemies get away and do nothing. Trump has a chance to make sure that his political enemies in Canada don’t get a second mandate to continue their misdeeds. And by doing so, he would then give a hand to Canadian patriots who are in desperate need of help. If nationalist parties are elected in both Quebec’s and Ottawa’s legislatures, all conditions would then be reunited to have a brand new NAFTA deal to celebrate, somewhere maybe at the end of 2019 or at the beginning of 2020. That would fall perfectly, by the way, for Trump’s launching of his re-election campaign for the Presidential Elections, don’t you think?