Diffusion d’urgence, douxième partie/Emergency Broadcast, part 12

Mis en avant

Alex Jones présente la variole du singe comme étant la nouvelle phase de la plandémie concoctée par les mondialistes

Je joins aussi les commentaires de Marc Steyn et d’André Pitre sur le sujet, qui vont dans le même sens. André Pitre, vers 31:00 minutes de la troisième vidéo, commence par évoquer le traité mondial sur la prévention des pandémies négocié à l’OMS ces jours-ci. Ensuite, vers 40:00 minutes, il parle du dossier de la variole du singe. Je joins également un article de presse nous informant que le Royaume-Uni a déjà commandé des millions de doses de vaccins pour la variole du singe, ainsi qu’une vidéo de Harrison Smith révélant que les États-Unis ont déjà commandé 13 millions de doses de vaccins pour cette même maladie. On dirait que certains gouvernements sont déjà au courant que ce sera quelque chose de gros…

UK is stockpiling ‘thousands’ of monkeypox vaccines and drugs as experts fear dozens of infections are slipping under radar

Harrison Smith présente la phase 2 de l’opération du Grand Reset

Harrison Smith revisite le fameux document de la Fondation Rockefeller intitulé Scenarios for the Future of Technology and International Development. Alors que la situation actuelle reflète déjà un des quatre scénarios du document, le scénario Lock Step, Harrison Smith attire notre attention sur un autre, le scénario Hack Attack. Dans le monde réel, l’exercice Cyber Polygon, commandité par le Forum Économique Mondial, met en scène des cyberattaques déstabilisant le monde et les infrastructures. Il s’inscrit en parfaite continuité avec le scénario Hack Attack présenté dans le document de la Fondation Rockefeller. Harrison Smith présente ici les grandes lignes de cette continuité.

L’administration du Midazolam au Royaume-Uni pour euthanasier les personnes âgées malades

Voici la dernière horreur en date du dossier interminable de la «pandémie» de covid-19. Des témoignages nous parviennent du Royaume-Uni à l’effet qu’une drogue portant le nom de Midazolam y a été administrée très fréquemment depuis l’hiver 2020. Le «Liverpool Care Pathway» est un protocole d’euthanasie qui aurait été introduit dans les années 1990’s. Il comprend l’administration du médicament Midazolam, dont les effets secondaires comprennent, entre autres, des problèmes respiratoires. Or, ce protocole a été recyclé pour être utilisé dans le cadre des «soins» administrés aux personnes atteintes de la covid-19 au Royaume-Uni. Les patients et bénificiaires qui ont abouti sur la voie de ce protocole sont décédés pour la plupart. En d’autres termes, pendant que les médias et les gouvernements du monde entier faisaient grand bruit pour effrayer la population avec un virus dont l’existence n’a jamais été démontrée, le personnel médical, cautionné par les états, donnait la mort concrètement avec du Midazolam dans la plus grande discrétion. Il faut aussi signaler que beaucoup de pays dans les dernières années ont adopté des lois visant à légaliser l’aide médicale à mourir. Il est très significatif que ces lois aient été concoctées et adoptées juste avant l’éclosion d’une «pandémie» mondiale… Dans la première vidéo, David Icke fait remarquer que le Royaume-Uni a commandé au printemps 2020 une quantité astronomique de doses de Midazolam, à tel point que le fournisseur est devenu en rupture de stock. Des doses supplémentaires ont dû être livrées à partir de la France. La deuxième vidéo nous présente les témoignages de Jacqui Deevoy et de Celia en compagnie de Gareth Icke. La troisième vidéo est une republication d’un extrait d’un épisode de l’emission de Harrison Smith dans lequel il parlait justement de ce dossier. Et finalement, la quatrième vidéo nous présente le témoignage de Clare Wills Harrison qui travaille dans le secteur de la santé.

Une pièce d’équipement pour une tour cellulaire 5G porte l’inscription « COV-19 » …

Lorsque le discours narratif de la pandémie de covid-19 a commencé à être diffusé massivement dans les médias et par les gouvernements, beaucoup de militants de la scène patriotique et de réinformation ont émis l’hypothèse que les symptômes de la covid-19 n’étaient pas le résultat d’un virus mais plutôt ceux du déploiement du réseau de téléphonie cellulaire 5G. La pièce d’équipement que ce technicien montre dans cette vidéo, portant l’inscription « COV-19 », est certainement un élément de plus venant confirmer cette hypothèse. Le mensonge auquel nous sommes exposé présentement est absolument hors proportion. Pour ceux qui désire en savoir plus le sujet, je vous suggère deux articles sur les attaques à énergie directe utilisant des ondes sonores qui ont été perpétrées voilà quelques années à Cuba et en Chine sur le personnel diplomatique canadien et américain. Je fournis également un commentaire d’Harrison Smith d’Infowars où il donne plusieurs exemples d’attaques utilisant des ondes sonores ou des micro-ondes. Harrison Smith se demande aussi si ces radio-fréquences ont pu être utilisées pour provoquer l’apparition des symptômes attribuées à la covid-19 par les médias et les gouvernements. À en juger par la pièce d’équipement exhibée par le technicien de la première vidéo, cela semble être le cas.

Report on ‘Havana Syndrome’ Prompts Call for More Research Into Health Impact of 5G

US Investigating ‘Havana Syndrome’ Directed Energy Attack Near White House