Mike Adams s’entretient avec les docteurs Tow Cowan et Andrew Kaufman sur la théorie des germes

Ne manquez pas cette excellente entrevue avec les docteurs Tom Cowan et Andrew Kaufman. Mike Adams de Naturalnews.com les reçoit. L’entrevue démarre avec la question de l’existence matérielle du SARS-CoV-2 qui est le virus sensé causer la covid-19. Aucun laboratoire dans le monde n’en possède un échantillon isolé, ce qui fait que le matériel de référence du virus n’est pas disponible pour les chercheurs et scientifiques. Les docteurs Cowan et Kaufman, ainsi que Mike Adams, en concluent que le virus SARS-CoV-2 n’existe pas. À partir de ce constat, Mike Adams amène ses invités à regarder la question plus large de la théorie des germes, ainsi que de l’idéologie dominant les «sciences», si on peut les appeler ainsi, de la virologie et de l’épidémiologie. La théorie des germes apparaît comme un ensemble de superstitions animistes n’ayant rien de scientifiques. L’obsession de l’establishment scientifique en virologie et en épidémiologie à imposer la théorie des germes comme seul modèle explicatif des maladies amène la civilisation humaine vers un cul-de-sac et la «pandémie» de covid-19 en est une illustration ciglante. On pourrait résumer cette obsession avec la phrase suivante: seul les virus causent les maladies et seuls les vaccins peuvent y remédier. Ce genre de croyance non-scientifique impose une chappe de plomb sur la recherche des causes et des remèdes aux maladies bénéficiant à une poignée de géants pharmaceutiques et ce au détriment de la communauté scientifique et des populations de la planète. Nous devons nous libérer de ce mauvais sort qui a été jeté sur l’espèce humaine et nous réapproprier notre souveraineté médicale. Nos corps et nos esprits nous appartiennent. Ne laissons pas une élite financière, médicale et occulte complètement psychopathe nous en départir. À VOIR ABSOLUMENT.

L’administration du Midazolam au Royaume-Uni pour euthanasier les personnes âgées malades

Voici la dernière horreur en date du dossier interminable de la «pandémie» de covid-19. Des témoignages nous parviennent du Royaume-Uni à l’effet qu’une drogue portant le nom de Midazolam y a été administrée très fréquemment depuis l’hiver 2020. Le «Liverpool Care Pathway» est un protocole d’euthanasie qui aurait été introduit dans les années 1990’s. Il comprend l’administration du médicament Midazolam, dont les effets secondaires comprennent, entre autres, des problèmes respiratoires. Or, ce protocole a été recyclé pour être utilisé dans le cadre des «soins» administrés aux personnes atteintes de la covid-19 au Royaume-Uni. Les patients et bénificiaires qui ont abouti sur la voie de ce protocole sont décédés pour la plupart. En d’autres termes, pendant que les médias et les gouvernements du monde entier faisaient grand bruit pour effrayer la population avec un virus dont l’existence n’a jamais été démontrée, le personnel médical, cautionné par les états, donnait la mort concrètement avec du Midazolam dans la plus grande discrétion. Il faut aussi signaler que beaucoup de pays dans les dernières années ont adopté des lois visant à légaliser l’aide médicale à mourir. Il est très significatif que ces lois aient été concoctées et adoptées juste avant l’éclosion d’une «pandémie» mondiale… Dans la première vidéo, David Icke fait remarquer que le Royaume-Uni a commandé au printemps 2020 une quantité astronomique de doses de Midazolam, à tel point que le fournisseur est devenu en rupture de stock. Des doses supplémentaires ont dû être livrées à partir de la France. La deuxième vidéo nous présente les témoignages de Jacqui Deevoy et de Celia en compagnie de Gareth Icke. La troisième vidéo est une republication d’un extrait d’un épisode de l’emission de Harrison Smith dans lequel il parlait justement de ce dossier. Et finalement, la quatrième vidéo nous présente le témoignage de Clare Wills Harrison qui travaille dans le secteur de la santé.

Courte vidéo sur l’inventeur du test RT-PCR, Kary Mullis

La mort de l’inventeur du test RT-PCR, Kary Mullis, à quelques mois du début de la pandémie de covid-19, est très suspecte. S’il avait été vivant lorsque celle-ci a éclaté, il aurait de toute évidence été scandalisé de l’utilisation frauduleuse de son test qui, rappelons-le, n’a pas été conçu pour diagnostiquer les maladies contagieuses. Il aurait certainement été très en colère contre les autorités médicales et gouvernementales et il les aurait dénoncées vertement. Repose en paix, mon frère.