Entretien avec Philippe de Villiers sur son dernier livre

Parmi les nombreuses choses pertinentes que de Villiers nous dit ici, notons le  passage-clé qui se situe en gros de 36:00 à 40:00 minutes. De Villiers raconte alors qu’il a assisté, par hasard, à une rencontre de la Commission Trilatérale, branche Europe, le 17 mars 2007. Le 1% du 1% s’y trouvait, comme Henry Kissinger, Brzezinski, etc. Pour résumer le propos des conférences présentées, de Villiers souligne que les membres de ce groupe d’influence suggéraient de « détruire l’homogénéité des nations », de faire coïncider les libéralismes économique et sociétal, afin de construire un « marché planétaire de masse ». On y faisait référence également à la « gouvernance mondiale », aux divers traités de libre-échange et au « réchauffement climatique ». Selon François Fillion, rappelle de Villiers, « que veux-tu, c’est eux qui nous gouvernent »… À ne pas manquer.

Entrevue avec Philippe de Villiers

Philippe de Villiers a raison sur plusieurs points, notamment sur le niveau très bas de la vie politique ces jours-ci, sur l’Ukraine, etc. De toute évidence, le fondateur du Parc du Puy du Fou est un homme d’une grande valeur et il est tout à fait dommage qu’il ne soit plus dans la sphère politique à un moment où la France a grand besoin de gens comme lui. On dirait que tout est fait pour pousser sur les marges de la caste dirigeante ceux qui peuvent réellement apporter quelque chose de positif et de constructif pour la défense de notre civilisation. Il y a péril en la demeure. Une citation est à retenir: « Lorsqu’il n’y a plus l’obsession du bien commun, il ne reste que les querelles de personnes »… C’est bien dit.