Ken Pereira analyse la manufacture du désespoir et de l’espoir par la CIA

Ne manquez pas cette émission du Stu-Dio avec Ken Pereira. Pereira analyse comment la CIA manipule le mental des populations en les amenant à ressentir tantôt de l’espoir, tantôt du désespoir dans le but de les déstabiliser, de leur faire perdre du temps sur des voies sans issue, etc. La CIA est devenue experte en manipulation au fil des années et aujourd’hui, on dirait qu’elle passe la majeure partie de son temps à essayer d’influencer les élections et la politique partout dans le monde, à intervenir sur ce qui se passe dans d’autres pays et à dicter le cours des événements. Pour ma part, j’en viens à la conclusion que la transformation de l’OSS, the Office of Strategic Services, en ce qui sera appelé la CIA, s’avère, avec le recul, une véritable castastrophe. Cela n’est pas sans rappeler la destruction des Templiers au XIVème siècle et leur remplacement de facto par la Compagnie de Jésus d’Ignace de Loyola au XVIème. Bien que le langage utilisé pour les présenter puisse sembler similaire, les Templiers et les Jésuites sont complètement différents dans leur nature intrinsèque. L’histoire se répète. Des organisations à saveur patriotiques et nationalistes sont souvent remplacées ou transformées dans de nouvelles structures qui ont une raison d’être et des buts complètements inverses. N’oublions jamais que le mot catholique veut dire «universel». On ne peut défendre adéquatement son pays ou sa civilisation si l’on a idéal universaliste qui est au-dessus. En passant, je souligne que le Pape François est un Jésuite. À voir absolument.

Message au Pape François: Le temps est venu de lancer une nouvelle Croisade…

Le Lys d'Or

Carnivale_Knights_Templar_Symbol

 

 

 

 

 

 

 

Très Saint Père,

Le temps est venu de lancer une nouvelle Croisade. Le monde chrétien est en guerre contre le monde musulman depuis quatorze siècles, et ce malgré nos efforts répétés pour vivre en paix avec celui-ci. Le monde musulman, de toute évidence, ne veut pas la paix, cela ne l’intéresse pas. Il ne veut que la guerre, comme lui enseigne d’ailleurs son prophète et son livre saint.

L’Église Catholique a connu bien des transformations depuis sa naissance. Elle qui était au départ une petite communauté, est devenue ensuite un Empire, avec les hauts et les bas que cela comporte et son lot d’erreurs. Suite aux révolutions démocratiques du XVIIIème siècle, l’Église a perdu de son lustre et de son influence, laissant davantage de place aux hommes politiques et à leurs systèmes idéologiques qu’ils essaient tant bien que mal de faire fonctionner. De fortes pressions se sont alors exercées sur l’Église pour qu’elle change, se modernise, s’adapte et pour une bonne part, les changements qui ont été apportés ont été bénéfiques. Le Concile de Vatican II a essayé, dans cet esprit, de transformer le langage, les attitudes, les gestes de l’Église pour qu’ils témoignent d’un meilleur respect envers les chrétiens et cela s’est avéré un succès.

Sur le plan historique, le Concile de Vatican II a coïncidé dans le temps avec d’autres changements sociaux importants comme la révolution des années soixante, la montée en force du crime organisé et l’infiltration soviétique, entre autres. Or, il faut bien admettre que la combinaison de toutes ces influences et son résultat final ne sont pas très bons. Si, d’une part, le Concile a permis de libéraliser certaines pratiques et de soulager le joug qui pesait sur beaucoup de croyants, d’autre part, cinquante ans plus tard, ces changements ont laissé place à autre chose. Nos populations sont désormais paresseuses, inertes, endormies, de faible niveau sur les plans spirituel et intellectuel. Elles passent le gros de leur temps, en dehors du travail, soit à écouter la télévision soit à échanger sur Facebook. Elles ne se reproduisent plus et s’évertuent à défendre les droits de ceux qui rêvent de les exterminer. Elles ne sont plus conscientes du devoir de civilisation qui incombe à chacun d’eux, la vie spirituelle s’étoile, rendant les chrétiens incapables de défendre leur territoire et de résister à l’invasion. Pour ce qui est de nos leaders politiques, ils sont pour la plupart irresponsables, lâches, paresseux, mous, incapables de prendre quelque décision que ce soit sans consulter les sondages. Ils ne pensent qu’aux élections et remettent tout ou presque à plus tard par peur de déplaire. Les hommes, les mâles, sont devenus gras, obèses, mous et féminisés. Ils ne sont plus les vaillants guerriers et constructeurs d’autrefois qui accumulaient les exploits. Les femmes, elles, passent leur temps à avoir des relations avec des criminels, des dérangés, des toxicomanes ou des ivrognes au lieu d’apprécier la compagnie d’hommes héroïques, pour peu qu’il en reste.

Continuer la lecture