Docteur Robert Young: Les virus présentés comme étant des exemplaires du SARS-CoV-2 sont en fait des exosomes…

Le docteur Robert Young affirme ici en toutes lettres que les images qui nous sont présentées par les médias et les organisations médicales officielles comme étant des exemplaires du SARS-CoV-2 (le virus allégué comme étant à l’origine de la covid-19) sont en fait des images générées par ordinateur. Elles représentent en réalité des exosomes, qui sont des particules excrétées par les membranes cellulaires en réaction à un polluant qui s’est introduit dans le corps humain. La communauté médicale, contrôlée par Big Pharma, la famille Rockefeller et les grands prêtres de la théorie virale, insistent néanmoins pour nous croyions que ces particules sont des «virus», i.e. des corps étrangers venant de l’extérieur. Le docteur Young rectifie le tir ici. Ces particules sont générées à l’intérieur du corps lui-même. Elles ne sont pas des virus, ce sont des exosomes, responsables de réparer les tissus endommagés. Cette présentation du docteur Young confirme les travaux du docteur Andrew Kaufman sur le sujet qu’il a présentés sur le web dès le printemps 2020. Je joins ici la vidéo où il avait présenté ces travaux, après l’entrevue avec le docteur Young sur les ondes du Ramola D Reports.

Entrevue avec le docteur Thomas Cowan sur le SARS-CoV-2 et le culte covidien

Durant cette entrevue, le docteur Cowan explique comment le véritable processus d’isolation d’un virus n’a pas été suivi pour le SARS-CoV-2, celui qui est supposé causer la covid-19. Il explique également comment le processus d’isolation actuel suivi par la communauté scientifique ne fait que désintégrer les tissus, ce qui est interprété comment étant la «preuve» qu’un virus existe. Le génôme du SARS-CoV-2 a en fait été assemblé à partir d’un programme informatique.

Entretien de haut niveau entre Stew Peters et David E. Martin sur la fabrication de la pandémie de covid-19

Cet entretien complète à merveille l’information présentée dans une entrevue précédente. Parmi les nombreux points pertinents présentés ici, deux sont particulièrement révélateurs. Premièrement, vers 40:00 minutes, David E. Martin révèle qu’Anthony Fauci aurait fait transférer la technologie de la protéine ‘spike’ de l’Université de la Caroline du Nord à Chapel Hill à la compagnie pharmaceutique Moderna, en novembre 2019, soit bien avant qu’il y ait un seul patient atteint supposément du nouveau coronavirus. Deuxièmement, il fait remarquer aussi que beaucoup de supposés défenseurs de la liberté et de la patrie ne livrent pas le «knock-out blow» lors de leurs échanges et interventions avec les acteurs et créateurs de la fausse pandémie de covid-19. Ils se contentent de tourner autour du pot sans parler de l’essentiel. Il fait référence entre autres (vers 43:00 minutes) à une lettre officielle du NIH-NIAID envoyée à l’Université de la Caroline du Nord à Chapel Hill, prouvant que le NIH finançait bel et bien la recherche de type gain-of-function, et ce malgré les dénégations du docteur Fauci. Il donne l’exemple de Rand Paul, qui a interrogé le docteur Fauci lors d’un comité parlementaire récemment. Rand Paul a sermoné sévèrement le docteur Fauci mais n’a pas fait mention de cette lettre toutefois, alors que cela aurait été l’argument décisif qui aurait tranché l’affaire. À ne pas manquer.

Entrevue avec Stephan Lanka sur la validité scientifique de la théorie des germes

Durant cette entrevue, Stephan Lanka parle de ses recherches sur le VIH et sur les virus en général, sur les causes civilisationnelles de la pensée matérialiste, sur le processus de guérison et sur le changement de la définition du concept de virus en virologie, qui a eu lieu durant la période 1952-1954. Kate Sugak, qui s’entretient avec lui, lui pose aussi quelques questions sur la covid-19 et la vaccination.

Joe Imbriano commente le discours narratif de la protéine ‘spike’ et des exosomes

Le docteur Thomas Cowan critique certaines notions de la biologie officielle

À partir de la deuxième moitié de la vidéo, le docteur Cowan amène certaines critiques sur la constitution de la cellule présentée par la biologie officielle. Parmi les très bonnes observations qu’il fait, le docteur Cowan se demande comment se fait-il que les ions d’hydrogène ne se rééquilibrent pas du noyau vers le cytoplasme, et vice versa, en passant par le réticulum endoplasmique, qui pourtant laisserait passer l’ARNm. En effet, le pH est différent entre les deux zones, dit-il, et l’existence d’une voie de communication comme le réticulum endoplasmique devrait le permettre. Aussi, il fait remarquer que le noyau de la cellule fait une rotation sur lui-même alors que, toujours selon la théorie officielle de la biologie, il serait attaché au réticulum endoplasmique. L’existence du réticulum endoplasmique est donc peu probable selon le docteur Cowan, puisque celui-ci finirait par être complètement noué à force de tourner sur lui-même. Vers 34:20 minutes, il montre une photographie de cellules où, immanquablement, on ne peut pas apercevoir de structure qui pourrait ressembler à un réticulum endoplasmique. On ne peut voir seulement que le noyau, le cytoplasme et la membrane. Un des éléments centraux dans les thèses du docteur Cowan est que l’être humain est constitué essentiellement d’eau, structurée avec des degrés de densité différents selon les parties du corps.

Le docteur Thomas Cowan parle des fondations et des erreurs de la théorie virale

En gros, pour le docteur Cowan, ce que nous appelons la «maladie», c’est-à-dire le déploiement de symptômes, est en fait le processus de nettoyage par lequel le corps se débarrasse des toxines, bactéries et polluants qui l’empoisonnent. La «maladie» est un processus de désintoxication. Elle est donc, en fait, un signe de santé. Il en profite pour signaler, en répondant à une question d’un internaute, que les chances qu’il existe réellement un virus dangereux se propageant à travers le monde présentement (SARS-CoV-2) sont très minces. En effet, la démonstration scientifique formelle prouvant que les virus existent et qu’ils causent des maladies n’a jamais été faite par quiconque. Les bases scientifiques de la virologie sont très faibles pour ne pas dire inexistantes.

David Icke passe au crible la théorie selon laquelle le laboratoire BSL-4 de Wuhan est responsable de l’existence du nouveau coronavirus

David Icke fait l’analyse de la théorie selon laquelle le nouveau coronavirus a son origine depuis le laboratoire BSL-4 de Wuhan en Chine. Il cite les travaux d’éminents spécialistes comme le docteur Thomas Cowan et pour bien rappeler que le supposé nouveau coronavirus n’existe pas en fait. Aucun laboratoire dans le monde n’en possède un échantillon. Les demandes d’accès à l’information présentées à des gouvernements dans le monde par des citoyens ou des institutions se sont toutes avérées infructueuses, puisqu’aucun d’entre eux n’en possède non plus. Icke rappelle certains faits de l’histoire de la virologie démontrant que la méthode utilisée pour «démontrer» l’existence des virus a toujours été peu scientifique, non crédible, pour ne pas dire complètement farfelue en fait. De même, l’hypothèse selon laquelle les «virus» causent des maladies n’a jamais fait l’objet d’une démonstration scientifique formelle. Néanmoins, la science officielle l’utilise comme présupposé pour fonder les domaines de la virologie et de l’épidémiologie. Ça donne froid dans la dos quand on y pense. Imaginez un instant les millions de vie qui ont été brisées et ruinées en raison de cette incompétence et mauvaise foi scientifique. Pour David Icke, il est important que les opposants au mensonge de la covid-19 et du Grand Reset tiennent dur la ligne selon laquelle il n’y a pas de nouveau coronavirus car c’est seulement ainsi que nous en viendrons à bout. À voir absolument. Pour ceux qui voudraient en savoir davantage sur le sujet, je vous propose un article détaillant l’analyse du docteur Andrew Kaufman sur le nouveau coronavirus, ainsi que le livre du docteur Thomas Cowan sur la théorie des germes, The Contagion Myth.

Dr. Andrew Kaufman refutes “isolation” of SARS-Cov-2; he does step-by-step analysis of a typical claim of isolation; there is no proof that the virus exists

The Contagion Myth – Why Viruses (including “Coronavirus”) Are Not the Cause of Disease

Entrevue avec le docteur Stefan Lanka sur la virologie et l’existence des virus

Stefan Lanka est biologiste et virologue. Ses travaux sur les virus l’ont amené à remettre en question les thèses officielles de la virologie et de l’épidémiologie, basées sur la vieille théorie des germes. Parmi ses principaux faits d’armes, le docteur Lanka a réussi à prouver dans une cour de justice en Allemagne que le virus de la rougeole n’a jamais été isolé ni caractérisé. Lors d’une étude de biologie, il réussi à voir et isoler un virus dans une algue marine. L’algue en question était pourtant en parfaite santé. Le docteur Lanka affirme que la virologie a pris un mauvais tournant en 1954 lorsque la conception de ce qu’est un virus et le rôle joué par les bactéries ont changé. À voir absolument.