Article de Chris Menahan sur la ressemblance entre le mouvement Qanon et l’Alliance Monarchiste de Russie Centrale

Chris Menahan s’appuie sur un ouvrage d’Anatoliy Golitsyn intitulé New Lies for Old dans lequel l’auteur révèle que l’Union Soviétique avait créé une fausse organisation anti-communiste, l’Alliance Monarchiste de Russie Centrale, afin de piéger les militants anti-soviétiques. Notamment, ils essayaient de convaincre les expatriés de l’Union Soviétique et les militants anti-communistes qu’ils avaient infiltré le gouvernement soviétique, que le régime était sur le point de s’effondrer et que ce n’était qu’une question de temps avant que la monarchie ne soit restaurée. En d’autres termes, ils essayaient d’amener les militants anti-soviétiques à ne rien faire, à attendre que le régime tombe au lieu d’être actifs. Chris Menahan fait le parallèle entre cette organisation fictive, l’Alliance Monarchiste de Russie Centrale, et le mouvement Qanon d’aujourd’hui. Et quand on y regarde de près, effectivement, on dirait bien que le mouvement Qanon est une opération de cette nature visant à convaincre les partisans de Trump de ne rien faire pour aider à sauver leur Président et leur pays.

‘Q-Anon’ Bears Striking Resemblance to Bolshevik Psy-Op From 1920s Known As ‘Operation Trust’

Le génocide de l’Holodomor: Notre destin immédiat si l’on ne met pas un terme à l’hystérie du Coronavirus

Regardez bien ces images de Celtic-Films. Elles ont été prises lors du génocide de l’Holodomor en Ukraine. L’Union Soviétique a perpétré ce génocide pour punir les Ukrainiens de leurs désirs d’indépendance. Nous vivons présentement un confinement en raison du virus de la Covid-19. Beaucoup de gens se sont retrouvés sans emploi du jour au lendemain et des milliers d’entreprises qui ont dû fermer leurs portes risquent de ne jamais les rouvrir. Tous ces gens sont donc devenus dépendants du gouvernement pour se nourrir. De plus, on a pu voir dans les dernières semaines le cas de nombreuses usines de viande qui ont dû cesser temporairement leurs opérations en raison d’un grand nombre d’employés qui ont obtenu un résultat positif au test de dépistage de la Covid-19. La viande qui normalement est abattue et préparée ne s’est donc pas retrouvée au supermarché. Toutes ces raisons font en sorte que la chaîne d’approvisionnement en nourriture commence à avoir des ratés. Si le confinement se poursuit, ces ratés risquent de devenir de plus sérieux voire même permanents. Il est évident que le confinement qui nous est imposé va mener à court ou à moyen terme à de la famine. Beaucoup de gens risquent de mourir. Les Ukrainiens affamés que l’on peut voir sur ces images, c’est nous d’ici quelques années si l’on ne défend pas nos droits. On va finir exactement comme eux. Le confinement est une tactique de guerre qui est employée pour détruire l’économie occidentale, empêcher Trump d’être réélu et mettre la main sur les richesses des plus faibles. L’heure est grave. Si l’on ne se réveille pas bientôt, le chaos s’installera pour de bon à la surface du globe et ce sera la fin de la civilisation humaine.

Article de l’UPR sur le refus de Charles de Gaulle de commémorer le débarquement du 6 juin 1944

Cet excellent article de l’UPR datant de 2014 met en lumière les raisons pour lesquelles Charles de Gaulle refusait de commémorer le débarquement allié du 6 juin 1944. Selon de Gaulle, les Américains ont tout simplement profité de l’occupation nazie de la France pour tenter de mettre la main sur le pays, de le vassaliser. Différentes manœuvres ont été utilisées pour écarter Charles de Gaulle du pouvoir car il était le seul homme réellement assez fort pour garantir l’indépendance de la France. Pour ma part, je dirais que Roosevelt, qui se sentait peut-être attiré par le communisme, avait adopté des positions politiques et économiques plus à gauche qui l’ont améné à présenter le fameux New Deal, à reconnaître officiellement l’Union Soviétique, ainsi qu’à conclure une alliance militaire avec celle-ci pour faire la guerre au régime nazi. Sur le plan économique, beaucoup d’entreprises américaines continuaient de faire affaire ou soutenaient le régime nazi, donnant donc l’impression que l’Administration américaine de l’époque jouait sur les deux tableaux à la fois mais toujours au détriment de la France. Quelques années après que la guerre soit terminée, les européens se sont retrouvés devant la situation suivante: L’Union Soviétique avait envahi l’Europe de l’Est, et l’Europe de l’Ouest, bien qu’en principe «libérée» de l’occupant nazi, était désormais sous l’emprise des États-Unis. La France a tout simplement changé de maître, elle est toujours sous occupation depuis mais le temps est venu pour la France d’y mettre un terme. Et cela passe par la sortie de la France de l’Union Européenne, de l’Euro et de l’OTAN.

L’histoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo-saxons »

Entrevue avec Tuukka Kuru du mouvement nationaliste finlandais Suomen Sisu sur Red Ice Radio

Pour voir et lire le discours qu’il a tenu lors de la célébration du Jour de l’Indépendance de la Finlande, le 6 décembre 2016, veuillez visiter cet article précédent.

La chasse aux sorcières, l’Espagne musulmane et les purges staliniennes

Je vous présente trois capsules historiques de TV Libertés. Elles vont droit au but en identifiant clairement les clichés et déformations les plus répandues sur ses sujets. Vous savez ce qui rassemble ces moments de l’histoire? L’intolérance. On pourrait dire que ce sont des exemples de sociétés qui se trouvent « à gauche » sur le spectre politique. Invariablement, ce genre de sociétés où l’intolérance est érigée en système, donc totalitaires, versent dans des comportements répressifs qui vont de la simple intimidation, du harcèlement, des menaces jusqu’à l’emprisonnement et même à la mise à mort parfois. Voilà pourquoi nous devons défendre nos valeurs chrétiennes et occidentales bec et ongles (la première capsule vous apprendra que l’Inquisition était en fait conduite par des laïcs). Ronald Reagan avait bien raison: la tyrannie n’est jamais plus éloignée que d’une seule génération. En ce jour de la commémoration des attentats du 11 septembre 2001, souvenons-nous en.

Les opérations d’influence et d’espionnage du Bloc de l’Est…

Cet excellent documentaire dresse le portrait d’ensemble des opérations d’influence et d’infiltration du KGB et autres services d’espionnage soviétiques dans l’hémisphère occidental. Bien que la Guerre Froide soit officiellement terminée, il est clair que diverses opérations d’espionnage et d’infiltration de notre hémisphère sont toujours en cours, parrainées par divers pays, régimes et intérêts qui nous sont hostiles, ce qui rend ce document toujours très pertinent. Certaines filières, comme la filière cubaine, sont regardées. Certaines techniques de persuasion ou de recrutement, comme le sabotage, l’assassinat, le blackmail et le pot-de-vin sont évoquées. Parmi les points d’intérêts, on apprend que les Weathermen se sont rendus vers 1970 à Cuba pour s’entraîner aux techniques terroristes, sous le couvert d’une organisation militante de gauche appelée la Brigade Venceremos. Les Cubains étaient perçus comme étant à la fine pointe des forces communistes internationales. En octobre 1969, on se souviendra que les « Jours de rage » ont fait des dégâts importants à Chicago. On se souviendra également que c’était l’époque où le FLQ était actif au Québec. Ainsi, vers 1h 03minutes, le témoignage d’un des participants du documentaire nous révèle qu’au printemps 1970, des membres des Weathermen se seraient rendus au Canada pour rencontrer des membres du FLQ afin de tisser des liens plus étroits et coordonner leurs opérations. Bill Ayers faisait parti de la délégation. Aussi, vers 2h00, la question de la désinformation et de faux rapports de renseignement est regardée. Ceci n’est pas sans rappeler les scandales de Wikileaks et des agissements d’Edward Snowden. En effet, dans ces deux cas, autant Julian Assange qu’Edward Snowden ont fourni des quantités phénoménales de documents et de supposés « rapports de renseignement », alors que le public n’a aucun moyen de savoir ou de vérifier s’il s’agit bel et bien de document authentiques. Également, il n’est pas sans intérêt d’entendre une des plus célèbres espionnes russes durant la Guerre Froide, Hede Massing, déclarer vers 29:00 minutes qu’elle a fini par comprendre qu’elle ne combattait pas du tout le fascisme. Elle était plutôt manipulée par les Russes… Un documentaire à ne pas manquer.