Le documentaire Died Suddenly sur la mortalité et les maladies causées par les injections pour la covid-19

Amandha Vollmer souligne l’importance du discernement dans le mouvement de la réinformation (Truthers)

Je ne suis pas complètement d’accord avec le propos d’Amandha Vollmer. Je pense que dans l’ensemble Alex Jones et Stew Peters font du bon travail. Leurs plateformes et leurs émissions permettent à un grand nombre d’invités de faire connaître leurs recherches et leurs préoccupations. Alex Jones a été un précurseur dans le domaine de la réinformation et maintenant, ce sont des millions de personnes à travers le monde qui s’intéressent à ces sujets et qui publient du matériel régulièrement, contribuant ainsi à faire avancer la recherche et la science. Cependant, le propos d’Amandha Vollmer est tout de même important, puisqu’il rappelle la nécessité du discernement. Trop souvent une nouvelle à sensation est publiée pour être partagée immédiatement par la réinfosphère, sans que les internautes prennent le temps de faire davantage de recherche, de réfléchir à la crédibilité scientifique de l’information ou d’analyser le background des acteurs en présence. Amandha Vollmer réagit ici à la controverse suscitée par la nouvelle théorie en vogue, popularisée par le docteur Bryan Ardis, selon laquelle la covid-19 serait causée par la présence de venin de serpent, qui aurait été mis potentiellement dans l’eau ou dans un autre médium. Elle émet des doutes sur les bases scientifiques d’une telle affirmation et réitère la nécessité de faire davantage de recherche sur le sujet avant de sauter aux conclusions. À voir.

La docteure Jane Ruby commente le dossier de la contamination délibérée des lots de vaccins pour la covid-19

Cette entrevue date du début du mois de janvier. Pour de plus amples informations, veuillez consulter cet article précédent, dans lequel vous retrouverez un extrait d’émission de Red Ice TV sur le sujet.

Stew Peters s’entretient avec la docteure Ariyana Love sur la présence d’oxyde de graphène dans les injections géniques pour la covid-19

La docteure Ariyana Love revient également sur le tragique décès du docteur Andreas Noack, qui avait exposé dernièrement la présence d’oxyde de graphène dans les injections pour la covid-19 lors d’une conférence sur internet.

Stew Peters s’entretient avec la docteure Carrie Madej sur le contenu des injections géniques pour la covid-19

Selon l’examen de labotaire fait par la docteure Carrie Madej, les injections géniques pour la covid-19 contiennent des éléments inconnus de nature métallique, des nanoparticules, qui prennent de l’expansion et montrent des couleurs diverses, à un niveau d’agrandissement de 400x. Un des éléments observés a même présenté des tentacules. Cela confirme les recherches conduites par d’autres scientifiques qui ont, entre autres, confirmé la présence d’une substance comme l’oxyde de graphène dans ces injections.

Stew Peters s’entretient avec Karen Kingston sur la présence d’oxyde de graphène dans les vaccins ARNm pour la covid-19

La docteure Jane Ruby commente une image provenant du sang d’une personne vaccinée pour la covid-19

L’image de droite montre les globules sanguins d’une personne qui a été vaccinée pour la covid-19, tandis que l’image de gauche montre les globules sanguins d’une personne non-vaccinée qui est en bonne santé. La docteure Jane Ruby fait remarquer que les globules sanguins de la personne vaccinée s’agglutinent les uns aux autres et qu’ils n’ont pas une belle apparence. Aussi, des structures tubulaires non-identifiées sont visibles dans le sang de la personne vaccinée qui, de toute évidence, n’ont pas d’affaire là. Ces structures sont absentes du sang de la personne non-vaccinée. Ces images se rapprochent de ce qui a déjà été publié sur la présence d’oxyde de graphène dans le sang des personnes vaccinées pour la covid-19.