Marine Le Pen présente son logo et son slogan de campagne présidentielle et l’analyse d’Aldo Sterone

Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle française, présentait dernièrement son logo et son slogan de campagne, que vous pourrez voir dans la première vidéo qui suit. C’est tout à fait réussi, en plus d’être joli. Néanmoins, la victoire n’est pas gagnée d’avance. Le système électoral à deux tours rend la tache presque impossible aux partis qui ne font pas partie de l’oligarchie. En effet, les partis euro-altantistes ont tendance à se coaliser au deuxième tour pour barrer le passage aux partis non conventionnels. C’est de toute évidence la plus grande faiblesse du système politique français. Je vous présente également ensuite une vidéo du blogueur Aldo Sterone où il fait l’analyse des chances de Marine Le Pen à l’élection de 2017. Je suis d’accord avec lui lorsqu’il dit qu’elle perd son temps à essayer de plaire aux médias français. Les médias français n’aiment pas Marine Le Pen « pour ce qu’elle est, pour ce qu’elle représente » et ne vont jamais l’aimer. Les médias français travaillent pour défendre les intérêts de l’oligarchie, pas pour défendre ceux du peuple. Lorsqu’ils l’invitent en studio, ce n’est jamais pour bien la faire paraître, c’est plutôt l’inverse. C’est pourquoi, il faudrait que la candidate à la présidentielle adopte une stratégie « à la Donald Trump » en s’adressant directement aux électeurs, via des meetings publics ou des conférences en direct sur internet. C’est la meilleure façon de rejoindre ceux qui pourraient voter pour elle. Les grands médias appartiennent au système ploutocratique qui a pris le pouvoir en douce après la Seconde Guerre Mondiale. Comme ils font partie du problème, les patriotes devront apprendre à créer et à développer leurs propres canaux de communication pour prendre le pouvoir malgré et en dépit des grands médias, en les contournant.

Entrevue avec Yvan Blot sur son nouveau livre « L’oligarchie au pouvoir »

Parmi les très bons points abordés ici par Yvan Blot, j’ai noté particulièrement une observation qu’il fait sur les arts d’aujourd’hui, à savoir contemporain et visuel. À juste titre, il fait remarquer que ces arts ne représentent presque jamais l’homme, à la différence des arts classique, baroque et de la Renaissance qui eux mettaient toujours l’homme au centre de leurs représentations. Pour Yvan Blot, ceci est l’expression de l’époque dans laquelle nous vivons. La société occidentale est gouvernée par des technocrates, des fonctionnaires et des gestionnaires qui n’ont aucune considération pour l’homme. Ces gens passent leur vie dans des bureaux au lieu d’être sur le terrain en compagnie d’hommes et de femmes vivant dans la misère et la souffrance. Les arts contemporain et visuel sont la représentation de la façon dont nos gouvernants nous perçoivent, i.e. comme une matière première, comme des objets inanimés.

Webster Tarpley sur le travail de John P. Holdren, conseiller scientifique du Président Obama

Obama choisit de s’entourer des pires individus, on dirait. Son administration est remplie d’individus peu recommandables. En voici un autre, John P. Holdren, qui a été nommé par Obama pour servir d’expert à la Maison Blanche sur des questions scientifiques et technologiques. Webster Tarpley a passé en revue ses travaux scientifiques, notamment ses écrits que l’on peut voir à l’écran durant la présentation. Il a découvert toute une série de références au contrôle des populations, à l’eugénisme, aux stérilisations forcées, aux avortements forcés, etc. Holdren est un environnementaliste extrémiste qui semble s’inspirer largement des théories de Darwin, Thomas Robert Malthus et autres savants de la race et de la gestion des populations. Tarpley craint que ce genre de pensée, maquillée par de nobles sentiments de protection de l’environnement, ne serve de prétexte à des génocides ou à des massacres de populations. Tarpley fait un bref retour dans l’histoire récente afin de trouver les racines de ce courant d’idées.

Pour en finir avec le « scandale » de la NSA

Les révélations d’Edward Snowden sur l’espionnage des communications de citoyens américains et étrangers effectué par la NSA font la manchette depuis plusieurs semaines déjà et provoquent des réactions épidermiques partout chez la classe politique locale et internationale. Mais, pour bien comprendre ce qui est en jeu ici, encore faut-il voir le problème dans son essence même et non pas perdre son temps avec des balivernes. En fait, ce que Snowden a « révélé » est une très vieille nouvelle. Tout le monde était au courant…parce que tout le monde le fait. L’espionnage est au moins aussi vieux que la politique. Ça fait des millénaires que les pays et les empires, alliés ou ennemis, s’espionnent mutuellement car ils recherchent tous la même chose: le pouvoir, le territoire et les ressources. Alors de voir ainsi les Merkel, Hollande et autres dirigeants politiques faire les vierges offensées face à ces « graves révélations » d’Edward Snowden fait rire. Vous pouvez gager votre chemise que dans chaque pays il y a au moins une agence de renseignement qui fait exactement la même chose que la NSA. Peut-être pas aussi efficacement, peut-être pas avec les mêmes moyens, mais chaque pays investit beaucoup d’énergie et de ressources dans ce domaine car c’est la nature même du jeu politique. Le fait que les États-Unis sont supposés être un « allié » de la France ou de l’Allemagne n’a rien à voir avec ce qui est en cause. Les pays veulent du renseignement car le renseignement, c’est le nerf de la guerre.

Nous vivons à l’ère de Big Brother et du Meilleur des Mondes. Le socialisme a triomphé. L’invention du terrorisme, ou sa récupération en fait par l’oligarchie qui gouverne le monde, a réussi à atteindre ce but ultime pour tous les États du monde: pouvoir fourrer leur nez partout dans la vie privée des gens, sans raison, sans motif et sans mandat. Le goulag en Union Soviétique qui était une installation située en un lieu géographique précis a été étendu à la grandeur du globe. C’est la Terre qui est le goulag maintenant. Nous sommes observés jour et nuit par des caméras, des satellites, des agents de renseignement, des espions, et tout ça évidemment pour notre « bien »… Vous pensez pouvoir travailler tranquillement quand votre patron n’est pas là, loin de son regard? Détrompez-vous. Des caméras cachées et parfois même des micros enregistrent vos moindres faits et gestes sur votre lieu de travail. Votre patron sait quand vous prenez votre pause, si vous vous décrottez le nez, ce que vous mangez à votre poste de travail, et surtout, avec qui et quand vous avez des relations sexuelles dans les toilettes. Vous pensez pouvoir relaxer sur une place publique lors d’une journée de congé? Vous pouvez relaxer évidemment mais une caméra de surveillance installée sur le toit d’un immeuble ou d’un lampadaire vous observera. Si votre visage est connu des services de renseignement, un logiciel de reconnaissance faciale vous repérera tout de suite. Une voiture de police passera probablement pour jeter un coup d’oeil à ce que vous faites. Vous croyez pouvoir chanter dans votre douche en toute intimité et pouvoir « fausser » la note sans que cela ne choque personne? Détrompez-vous. Un satellite pointe sur vous et votre performance est enregistrée. Un agent de renseignement l’analysera et, selon le cas, rira de vous ou au contraire placera votre nom en priorité si jamais vous soumettez votre candidature au concours American Idol ou si vous envoyez un démo chez une compagnie de disques. Vous pensez que ce que vous achetez au supermarché ne regarde que vous? Détrompez-vous. Si vous payez avec une carte bancaire, quelqu’un accédera à la transaction, regardera ce que vous achetez et refilera l’information à des compagnies qui pourront l’utiliser pour leurs stratégies de marketing, cibler leur marché de vente, etc.

Lire la suite

Le Plan Kalergi ou comment le génocide des Européens a été planifié depuis longtemps

Cet article du site Réduit National nous fait connaître un personnage de l’ombre dans le domaine politique mais qui a eu une influence capitale sur les élites européennes: Richard Coudenhove Kalergi. Ce penseur politique était d’avis qu’il fallait procéder ni plus ni moins qu’au remplacement de la population européenne blanche millénaire par une nouvelle race métissée, issue du mélange d’immigrants des différentes souches africaines et asiatiques. Cette nouvelle race de « Bruns » seraient ainsi plus dociles que les Blancs, moins portés à la contestation, moins structurés et moins bien organisés, bref ils seraient davantage soumis à l’oligarchie européenne toujours plus avide de pouvoir et de domination. Car c’est bien cela qui se trouve derrière les projets des Nations Unies et de l’Union Européenne, une volonté d’abolir le droit à l’autodétermination des peuples pour créer un Nouvel Ordre Mondial dirigé par une caste non-élue, oligarchique, écrasant de son pouvoir une sous-humanité désorganisée sans repère historique et culturel, formant ainsi des consommateurs idéaux. L’immigration de masse à laquelle nous assistons présentement est l’outil premier de ce plan machiavélique dont le but est le génocide de toute une race, la race blanche. Point d’arrivée du multiculturalisme, la société de demain rêvée par Kalergi est en fait un cauchemar où tous les peuples auront disparus. Et malheureusement pour nous, cette idée semble avoir été adoptée par les institutions mondialistes actuelles, dont l’Union Européenne. Qui va défendre la race blanche contre cette agression avant que le point de non-retour ne soit atteint?

N.B. (20 octobre 2013): Lorsqu’il est question dans cet article des « asiatiques », je crois que l’on devrait interpréter ce terme dans le sens de populations issues par exemple du Pakistan, de l’Afghanistan et autres contrées du genre. Les populations de l’Asie de l’Est, comme les Chinois, les Vietnamiens, les Japonais, les Coréens par exemple, étant très intelligentes et cultivées, ne pourraient de toute évidence être d’aucune utilité pour la réalisation du Plan Kalergi.

Le plan Kalergi: Le génocide des peuples européens

Jean du Verdier commente le « Manifeste pour la sauvegarde de nos armées »

Alors que les divers gouvernements de l’Union Européenne se sont rendus coupables de forfaiture, et ce parce qu’ils ne défendent plus leurs intérêts nationaux respectifs, il est plus que grand temps que les armées nationales fassent entendre leur voix. Le général Jean du Verdier exprime ici sa position par rapport à la France mais le même diagnostic pourrait s’appliquer également aux armées de tous les pays membres de l’Union Européenne. Ces gouvernements, collaborateurs de l’oligarchie technocrate non-élue de Bruxelles, ne sont plus légitimes. Il n’en tient donc qu’aux armées nationales de prendre le pouvoir, par la force s’il le faut, et d’installer des dirigeants politiques réellement capables et désireux de régler les problèmes de l’Europe. Pour ce qui est de la France, les Sentinelles de l’Agora, auteurs du Manifeste pour la sauvegarde de nos armées, n’auront pas à regarder bien loin. Marine Le Pen et son équipe sont déjà fin prêts à exercer le pouvoir. Il ne leur manque que le mandat. Voyez ici cette excellente entrevue sur La Voix de la Russie. Vive la Résistance!

Jean du Verdier sur la Voix de la Russie

UDTFN : Table ronde « Vers un recul historique des Libertés »

Cette table ronde met en vedette quatre excellents analystes de la scène politique et sociale de France. L’intervention d’Olivier Tournafond, commençant vers 19:35, est tout à fait suave, délectable. D’une grande lucidité et précision, son analyse dresse le portrait de la situation lamentable dans laquelle se retrouve le peuple français et la France elle-même après avoir essayé, tant bien que mal, d’oublier leur stature internationale. Les libertés ne font que reculer, puisque l’État a abdiqué son rôle de leader de la culture et de la civilisation françaises.


#UDTFN : Table ronde « Vers un recul historique... par MarineLePen