Deux épisodes de l’émission For The Record sur le conflit en Syrie

L’animateur radio Dave Emory de For The Record regarde ici de près le conflit en Syrie. Dans la première émission, il focalise son attention sur le rôle joué par des alliés de l’Occident, le Qatar, l’Arabie Saoudite et la Turquie dans le conflit, ainsi sur des complicités occidentales, notamment l’OTAN, le renseignement occidental et les États-Unis, qui aident activement la formation, le financement et l’armement des rebelles. Il déboulonne ainsi le mythe des « modérés » qui se battraient pour nous contre le régime syrien. Dans la deuxième émission, Emory analyse la neutralisation de l’avion militaire russe Su-24 comme une provocation délibérée, suite à une embuscade. Cet événement s’ajoute à une longue liste de faits nous portant à croire que le monde est en train, tranquillement, de basculer vers la Troisième Guerre Mondiale.

FTR #880 The ISIS File: The Myth of the Moderates

FTR #881 Turkey Shoot: Sleepwalking into World War III

Aldo Sterone: L’esclavage musulman et la piraterie

Aldo Sterone réagit ici à la lecture du livre The Stolen Village, racontant l’histoire du village de Baltimore en Irlande, en 1631, attaqué par des pirates arabo-musulmans d’Algérie. Les pirates ont embarqué la population pour les vendre sur les marchés d’esclaves d’Afrique du Nord. Les leaders du monde ottoman de l’époque avaient l’habitude d’utiliser l’Afrique du Nord comme base arrière pour faire des raids sur l’Europe. Sterone en vient à la conclusion que l’économie arabo-musulmane est basée sur la notion que l’on doit aller chercher les ressources là où elles sont produites et non pas les produire nous-mêmes. Ceci pousse les peuples arabo-musulmans à toujours vivre dans un mode de prédation par rapport à leurs voisins. Sterone rappelle aussi que la US Navy avait été créée à l’origine pour protéger les bateaux américains des attaques des pirates ottomans. De plus, certains musulmans prétendent que l’islam aurait aboli l’esclavage, ce qui est une déformation complète de l’histoire, un renversement complet des faits.

Entrevue #4 avec Peter Levenda sur l’héritage hitlérien et le djihad mondial

Durant cet entretien, Levenda revient brièvement sur les manœuvres de Max von Oppenheim, du renseignement allemand, afin de créer le mouvement djihadiste à l’époque de la Première Guerre Mondiale. Son but était d’utiliser les djihadistes pour contrecarrer les pouvoirs coloniaux de la France et de la Grande-Bretagne. L’auteur présente plusieurs éléments de compréhension mettant en scène le Moyen-Orient de l’entre-deux-guerres. Il attire notre attention sur le fait que plusieurs membres du Parti Nazi, certains de haut rang, ont trouvé des emplois dans des pays du Moyen-Orient et que certains se sont même convertis à l’islam et ont changé leur nom. Johann von Leers, Otto Skorzeny et plusieurs autres sont donnés en exemple. Vers 33:30 de l’entrevue, Levenda raconte une histoire personnelle fort révélatrice. Vers 1969-1970 lors d’un déplacement à New York dans le cadre de ses recherches sur le nazisme, il s’est rendu visiter les bureaux de l’Organisation pour la Libération de la Palestine. Or, rendu sur place, il a été accueilli par une réceptionniste allemande et il a pu constater que beaucoup des gens qui circulaient et entraient dans ces bureaux étaient Allemands… Il affirme aussi que le OLP à l’époque entretenait de bonnes relations avec des pays comme la Syrie et l’Égypte notamment. Pour écouter les trois premières entrevues, veuillez consulter les liens qui suivent.

FTR #841 Interview (#4) with Peter Levenda about “The Hitler Legacy”

Entrevue #1 et #2 avec Peter Levenda sur l’héritage hitlérien et le djihad mondial

Entrevue #3 avec Peter Levenda sur l’héritage hitlérien et le djihad mondial

François Asselineau: Qu’est-ce qu’une Monnaie ?

À la 49ième minute, Asselineau démontre preuve à l’appui que ce sont les États-Unis qui sont bel et bien derrière non seulement la création de l’Union Européenne mais aussi celle de la monnaie unique, l’Euro. Dans les coulisses, leurs porte-paroles ont amené et même forcé les dirigeants européens, dans les années cinquante et soixante, à adopter les institutions qui sont en train de faire mourir le continent. C’est un véritable coup d’état visant à créer un Empire Américain. Par ailleurs, cette conférence demeure une excellente présentation de l’histoire de la monnaie.

Documentaire sur les Ismaéliens ou « Assassins »


Arte La secte des assassins 01 par el_manchou


Arte La secte des assassins 02 par el_manchou

Lire la suite

Fethullah Gulen nous invite à souper: L’analyse de Marc Lebuis et de Louise Mailloux

(J’ai apporté, en date du 22-02-2012, certaines corrections et ajouté des liens et références supplémentaires à cet article depuis la publication originale.)

En janvier dernier a eu lieu à Montréal le « Souper Annuel du Dialogue et de l’Amitié » où l’on pouvait retrouver des personnalités du monde universitaire, politique et des médias québécois. Or, le souper en question mettait à l’honneur l’organisation de Fethullah Gulen, que bien peu de gens présents semblaient connaître en réalité. J’ai déjà eu l’occasion de présenter le personnage de Fethullah Gulen et son oeuvre dans un article précédent. Pour résumer rapidement l’affaire, Fethullah Gulen est un islamiste turc qui tente de recréer l’Empire Ottoman des siècles passés, lequel, comme on le sait, était sous le contrôle de la Turquie. Pour ce faire, il a construit un vaste réseau d’infiltration très puissant qui lui a permis de prendre le contrôle d’une bonne partie du gouvernement turc, de la police et des médias. Toujours dans l’article précédent, vous retrouvez des entrevues et des liens où vous pourrez apprendre, entre autres, que Gulen, en plus de ses activités islamistes, semble avoir des liens avec la CIA. Aussi, les fameuses écoles qu’il a fondées, les madrasas, se retrouvent un peu partout dans le monde et elles servent de lieu de formation et d’embrigadement idéologique. Aux États-Unis, on parle plutôt d’ « écoles à charte ».

Ce qui est troublant ici, et Marc Lebuis et Louise Mailloux y font référence, c’est le degré de naïveté, de légèreté, d’insouciance, d’irresponsabilité avec lequel les élus, chercheurs universitaires et autres invités québécois ont accepté de participer à cet événement. Selon Benoît Dutrizac, la police de Montréal y avait également un représentant. Durant son entrevue, Marc Lebuis du site Pointdebascule.ca illustre le côté conflictuel et dangereux de ce genre de situations en rappelant la controverse qui avait entouré un programme mis en place par la GRC, l’unité d’approche communautaire. Lors de sa création, il visait à rapprocher la GRC des communautés culturelles, ethniques et religieuses dans un monde post-11 septembre. Or, les rencontres organisées dans le cadre de ce programme ont mis en présence des agents de la GRC avec des membres de groupes radicaux, ce qui avait fait réagir le ministre Vic Toews en 2010 de façon assez cinglante. Il ne fait plus aucun doute que les islamistes de tout acabit cherchent à acheter de l’influence en Amérique et en Europe et Fethullah Gulen n’en est qu’un parmi tant d’autres. Le plus effrayant dans cette histoire, c’est que l’on en vient à se demander jusqu’à quel point certains islamistes, Frères musulmans ou Cheiks du pétrole n’ont tout simplement pas acheté, littéralement, des élus locaux et des membres des services policiers et de renseignement, ainsi que des chercheurs universitaires, les uns pour qu’ils ferment les yeux sur leurs agissements, les autres pour qu’ils puissent donner une caution morale et intellectuelle à leur propagande. Louise Mailloux à raison: Les peuples occidentaux sont actuellement en train d’être reprogrammés pour accepter l’islam, avec les conséquence terribles que cela entraînera. Dans ce contexte, on peut s’attendre à ce que la liberté d’expression et la démocratie comme telles n’existent plus dans quelques décennies. C’est à nous d’agir maintenant si l’on ne veut pas que ce futur cauchemardesque s’abatte sur nous. Voici les deux entrevues, de Marc Lebuis et de Louise Mailloux.

Marc Lebuis analyse Fethullah Gulen

Louise Mailloux sur Fethullah Gulen

Le documentaire « Give peace a chance »: La légitimité d’Israel expliquée par des juristes

Ce documentaire exceptionnel présente et explique les fondements juridiques relatifs au droit international de l’État d’Israël. En effet, on fait souvent référence à la résolution de l’ONU du 29 novembre 1947 pour établir la légitimité d’Israël en tant qu’état. Or, comme nous le rappelle les juristes dans ce documentaire, c’est la résolution de San Remo de 1920, signée à la Villa Devachan, qui établit cette légitimité au plan du droit international. Lors de cette rencontre historique, une délégation représentant le projet d’un foyer national juif, et une autre représentant les communautés arabes de l’ex-empire ottoman, se sont entendues pour définir les droits des deux communautés en fonction des territoires qu’elles occuperaient au proche-Orient. Suite à cette déclaration, en 1922, le Comte de Balfour place la Palestine sous mandat britannique. Cette déclaration de 1922 reconnaît les droits historiques des Juifs en Palestine. Elle crée également deux fiducies: Le Liban et la Libye sous contrôle de la France, et la Mésopotamie sous contrôle britannique. Donc, ce qu’il faut comprendre ici, c’est que les arabes ont déjà reçu leurs terres, avec les droits qui y sont rattachés, dans la partie qui se trouve à l’est du Jourdain. Les Juifs quant à eux, ont reçu les leurs du côté ouest du Jourdain. Le documentaire présente aussi quelques faits historiques importants. Entre autres, il rappelle que déjà au XIXème siècle Jérusalem comptait huit mille Juifs sur une population totale de quinze mille; qu’en 1948, après l’annexion de la Cisjordanie par la Jordanie, qui dura 19 ans, il y eut un nettoyage ethnique des Juifs de Jérusalem, que les survivants ont été contraints à l’exil et que les synagogues et écoles talmudiques ont été brûlées; et qu’en 1967, Israël a repris Jérusalem-Est. Décidément, ce documentaire est réellement incontournable pour tout ceux qui aiment l’histoire telle qu’elle s’est réellement déroulée et qui veulent combattre les mensonges des Palestiniens et leurs alliés. En complément, je vous offre également le document PDF intitulé Foundations of the International Legal Rights of the Jewish People qui fait le tour de la question.

FoundationsOfTheInternationalLegalRightsOfTheJewishPeople

L’esclavage des Européens par les Arabes d’Afrique du Nord: le symbole de plus de 14 siècles de djihad islamique

Le documentaire de production européenne en trois parties « Esclaves blancs Maîtres musulmans » nous présente tout un pan de notre histoire qui a été oublié, occulté, nié mais qui est très réel. Durant la période 1500-1830, c’est plus d’un million d’Européens qui ont été réduits à l’esclavage par les pirates ou corsaires arabo-musulmans d’Afrique du Nord. À partir de certaines cités de cette partie de l’empire arabo-musulman contrôlé par les Turcs à cette époque, que sont la région du Maroc et les villes d’Alger, Tripoli et Tunis, les corsaires, payés par leurs gouvernements locaux, terrorisent les populations de la Méditerranée en attaquant les navires ainsi que les côtes de toute l’Europe, jusqu’en Islande et au Danemark. Ces pirates, souvent d’anciens marins européens capturés, réduits à l’esclavage et convertis à l’islam, sont appelés des « renégats ». Lorsqu’ils prennent le contrôle d’un navire, ils font prisonniers tous ceux qui n’ont pas été tués, les amènent en Afrique du Nord pour y être vendus au marché d’esclaves, ou encore pour y être retenus prisonniers en attendant que leurs familles en Europe paient la rançon exigée pour leur libération. Et lorsqu’ils attaquent les côtes européennes, ils brûlent systématiquement les maisons, pillent tout ce qu’ils trouvent et font prisonniers les habitants, femmes, hommes et enfants confondus. Le documentaire mentionne que durant la période 1540-1650, plus de 600 000 esclaves européens sont passés par la ville d’Alger, dont le célèbre écrivain Espagnol Cervantès. Il y a vécu pendant cinq ans avant de recouvrer sa liberté et de pouvoir retourner en Espagne.

En visionnant ce document, je ne pouvais que réfléchir à la situation actuelle du monde européen et occidental face à l’Islam. Décidément, l’histoire se répète ou se perpétue plutôt. Ces populations arabo-musulmanes d’Afrique du Nord ont toujours vécu sous un régime dictatorial marqué par la barbarie, la cruauté, le pillage, le viol, l’esclavage, bref dans une culture perpétuant les moeurs de l’Antiquité. Les Arabes à l’époque de Cervantès vivaient encore comme on le faisait dans le monde entier à l’époque des Romains. Contrairement aux Juifs et aux Chrétiens, ils n’ont fait aucune évolution substantielle pouvant nous permettre de croire qu’ils sont maintenant des modernes. Lire la suite

Le réseau scolaire de Fethullah Gulen: Lorsque les opérations de renseignement et l’islamisation vont de pair

Fils d’un imam, Fethullah Gulen fait sa première prêche à l’âge de 14 ans en Turquie. Alors qu’il n’a pas terminé ses études primaires, il commence son oeuvre d’islamisation dans les années soixante. En 1998, il immigre aux États-Unis et s’installe dans l’État de Pennsylvanie. Un procès lui est intenté en Turquie in absentia en 2000 pour des propos tenus exprimant le désir de renverser la société séculière de Turquie. Il est acquitté en 2006. Gulen est très proche du Premier Ministre actuel de Turquie, Recep Tayyip Erdogan. Ensemble, ils semblent avoir concocté le projet de faire de la Turquie un état plus proche de l’Islam. Gulen a mis sur pied un réseau de plus de 2000 écoles dont plusieurs se trouvent en Asie centrale, au Pakistan et dans le Caucase, les Madrasas, ainsi qu’aux États-Unis, des « écoles à charte » qu’on dénombre à plus de 119 et liées à de nombreux organismes à but non lucratif, rassemblant de 6 à 8 millions d’étudiants et de gens sous son influence à travers le monde. Au total, son organisation vaudrait au minimum plusieurs milliards de dollars, 20 milliards et plus au moins selon l’ex-agente du FBI, Sibel Edmonds. Afin d’accélérer le virage de la Turquie vers l’Islam, Gulen a planifié l’infiltration de diverses institutions du pays comme l’armée, la police, le gouvernement, etc, en plus de nombreux autres composants de la société civile qu’il contrôle maintenant, comme le syndicat patronal Tuskon, et des entreprises médiatiques, tels que des journaux et des stations de télévision. Gulen soutient les « réformes » qui ont lieu en Turquie depuis quelques années, puisqu’elles permettent d’islamiser doucement, progressivement mais sûrement le pays. Le parti politique du Premier Ministre Erdogan, l’AKP, serait rempli de ses partisans.

Lire la suite

Pour sauver la France: le Bloc Identitaire en 2012 et la Loi martiale

Sauver la France ne sera pas facile. Des millions de citoyens y vivent désormais qui se foutent totalement de la démocratie, de notre civilisation et de nos valeurs. Ils veulent faire de l’Islam la religion de France. Depuis plusieurs années malheureusement, la France les a accueillis en son sein, ces millions de paumés, de petits bandits, de crottés, de paresseux en tous genres en provenance du moyen-Orient et dont la seule « expertise » consiste à faire de la propagande islamique. Questionné au sujet des émeutes dans les banlieues voilà quelques années, Sarkozy avait déclaré aux journalistes à propos des émeutiers: « c’est une bande de trou du cul ». Et il avait raison. Ces grands citoyens et démocrates qui sont en train de refaire la carte ethnographique de l’hexagone, la refont dans le sens d’une dégradation, d’une dégénérescence culturelle, d’une régression civilisationnelle.

Pendant plus de huit siècles, du XIIe au XXe, les Arabes musulmans vivant dans l’Empire Ottoman n’ont connu aucun développement quel qu’il soit, scientifique, culturel, technique, technologique ou autre. Question: comment ces populations pourraient être capables de prendre en charge un pays moderne comme la France? Ils ont eu plus de quatorze siècles pour se développer, et après une poussée intéressante de quelques siècles jusqu’au XIIe, ils se sont assis sur leurs lauriers et n’ont plus rien foutu. Et ce sont ces gens qui viennent faire la morale aux Européens, aux Chrétiens et aux Israéliens? Franchement, cela prend tout un culot. C’est pourquoi je vous dis que seul le Bloc identitaire peut régler le problème de la France. En théorie, le Front National pourrait accomplir le boulot mais le problème, c’est que nous ne connaissons pas son agenda concernant les Juifs. Si l’on en juge d’après la position de Jean-Marie Le Pen, le sort des Juifs pourraient être compromis. La France a besoin d’un parti qui pourra, tout en protégeant les Juifs, mettre l’accent sur les valeurs de la démocratie, de la civilisation occidentale, de la religion judéo-chrétienne, de la République et de la laïcité. Lire la suite