Point de vue de l’équipe de Red Ice sur le mouvement « Alt Right »

Dans cette vidéo, les deux animateurs de Red Ice Radio profite de l’occasion pour répondre à Milo Yiannopoulos, une figure médiatiquement associée au mouvement « Alt Right », et présenter ce qu’est réellement pour eux ce mouvement politique.

Les E-girls: Ce que permettent les sociétés qui croient en la liberté…

Prenons une petite vacance de la propagande haineuse du Hamas. Je ne comprends pas leur langue mais ce programme de télé japonaise met en vedette des jeunes filles qui ont l’air tout à fait épanouies, heureuses et en santé. Et c’est justement ce que permettent nos sociétés occidentales et asiatiques, pour la plupart. Défendons-nous contre la tyrannie avant qu’il ne soit trop tard.

G. Edward Griffin sur les similarités existant entre le socialisme, le communisme et le fascisme

Les systèmes politiques non-totalitaires obéissent à un certain nombre de principes de base comme par exemple le respect des droits de l’homme, le respect de l’individu contre la suprématie du groupe, la défense de la liberté et de l’égalité, le respect de la propriété privée, etc. En gros, un état démocratique consacrera son énergie à la protection de la vie, de la liberté et de la propriété de ses citoyens. Tout autre forme d’organisation politique sera forcément autoritaire ou totalitaire. Cette conférence s’est déroulée dans le cadre de l’événement Fatima: the Path To Peace.

Conférence de François Asselineau sur le phénomène des « Euro-régions »

Excellente présentation de François Asselineau sur le phénomène des « Euro-régions ». Les Euro-régions sont des parties de certains pays européens que des intérêts étrangers voudraient voir gagner leur indépendance afin de faire mourir les États-nations actuels de l’Europe. Que ce soient la Bretagne, la Catalogne, le Pays Basques, etc, des manifestations sont organisées dans plusieurs régions d’Europe sous le thème de l’Indépendance. Ces mouvements veulent faire de leurs régions de nouveaux pays membres de l’Union Européenne et non pas des nations souveraines détachées de l’UE. Aussi, fait particulier, les manifestations arborent des slogans en anglais, ce qui fait dire à François Asselineau qu’elles sont pilotées depuis les États-Unis pour accentuer la mainmise américaine sur le continent. Cela vaut vraiment la peine de se taper ces quelques quatre heures et trente minutes de présentations. À travers les multiples exemples et données factuelles, Asselineau a amplement l’occasion de présenter son argumentation. Aussi, pour les lecteurs canadiens et québécois, vers les 2h30m environ, le conférencier révèle un fait étonnant: Après la guerre de 1812 avec le Canada, les responsables américains ont décidé de poursuivre leur tentatives de conquête de notre pays de façon économique, notamment en essayant d’instaurer une entente de libre-échange… Ça vous dit quelque chose? Une entente a bel et bien été signée en 1987 entre le Canada et les USA. Voilà pourquoi je suis farouchement opposé à toute forme de « libre-échange » avec quelque pays que ce soit, parce que ces ententes sont des arnaques déguisées en traités internationaux. Évidemment, nos leaders politiques prennent leur décision non pas en fonction de mon opinion mais plutôt en fonction de leur vision du monde. Comme l’économie mondiale est en train de s’effondrer, je crois que, malheureusement, à long terme, les événements me donneront raison. À voir.

L’intimidation dans les écoles du Québec: « Il va falloir faire en sorte »…

Cette entrevue de Chantale Longpré, présidente de la Fédération québécoise des directions d’établissements d’enseignement, avec Benoit Dutrizac du 98,5 FM est fort révélatrice. Nous pouvons bien dire ce que nous voulons, le Québec reste une société matriarcale, féminine, gauchiste et molle. C’est la réalité. En écoutant cette entrevue, vous aurez l’occasion de sentir toute l’exaspération de l’animateur radio qui n’en peut plus d’entendre toujours les mêmes arguments bidon, les mêmes formules creuses, les mêmes rationalisations de caniveau. On peut tous les résumer par la formule suivante, qui était utilisée ad nauseam voilà quelques années. Il est vrai qu’on l’entend moins depuis un certain temps mais elle demeure fort pertinente pour décrire la mentalité des Québécois en matière de gestion de problèmes: « Il va falloir faire en sorte ». Dans le fond, elle pourrait très bien remplacer le « Je me souviens », puisqu’on ne se souvient de rien de toute façon. Lorsqu’on dit « il va falloir faire en sorte », au fond, on dit quoi? On dit qu’il serait bon que quelqu’un s’occupe de ce problème. Or, ce quelqu’un, c’est personne car il n’y pas âme qui vive qui fera quoi que ce soit pour s’en occuper, puisque personne n’est responsable. Chantale Longpré n’utilise pas cette formule durant cette entrevue, mais elle est sous-entendue et partie intégrante de la culture fonctionnariste et bureaucratique où Madame Longpré évolue, qui est celui du monde de l’enseignement.

Voyez-vous, les réformes de la Révolution Tranquille ont permis au Québec de se moderniser, d’arriver enfin au vingtième siècle et ce avec beaucoup de retard il faut le dire. Elles ont permis de mettre l’Église Catholique en marge de la société, alors que celle-ci prenait beaucoup trop de place et qu’elle empêchait l’épanouissement des citoyens dans la liberté. Elles ont aussi mis un terme à un régime politique qui n’était pas démocratique, le duplessisme, mis en place par feu Maurice Duplessis. Le nouveau régime a créé des programmes sociaux et de nouvelles institutions afin de mieux répondre aux besoins de la population qui était assoiffée de pouvoir enfin s’épanouir dans le monde moderne avec tout ce qu’il comporte. Continuer la lecture