Loic Tassé sur le renversement de la politique étrangère canadienne vis-à-vis de la Chine

L’excellent Loïc Tassé, spécialiste de la Chine, est de retour sur les ondes de l’émission de Benoit Dutrizac. Il nous dresse ici le résumé de la balance commerciale entre la Chine et le Canada. Il en profite également pour dénoncer les rationalisations de caniveau qui sont régulièrement évoquées par nos dirigeants pour ne pas demander grand chose en échange de nos ressources naturelles à tous investisseurs confondus, Chinois compris, comme par exemple dans le cas du Plan Nord si cher à Jean Charest. Contrairement à eux, les Québécois et Canadiens sont vraiment de mauvais négociateurs. On ne sait tout simplement pas négocier et surtout avec les Chinois car on ne connaît ni leur culture ni leur situation. Le sinologue fait remarquer par exemple que d’ici quelques années, la Chine va manquer de 36 des 40 plus importants métaux. C’est justement quelque chose que l’on pourrait utiliser lors des négocations, vous ne pensez pas?

Loïc Tassé fait ici une excellente analyse que je ne remets pas en question. Cependant, il y a quelque chose qui me tracasse et ceux qui suivent ce blog savent que j’essaie toujours d’aller un peu plus loin. Un autre spécialiste de la Chine que j’aime beaucoup, Gordon Chang, annonce un effondrement de la Chine qui serait imminent, dès 2012, alors que Tassé affirme plutôt que la Chine maintiendra son développement et qu’elle deviendra la première puissance mondiale vers 2025-2030. Ces deux visions sont évidemment inconciliables. Lequel de ces deux spécialistes a raison? Tassé ou Chang? Il faudrait que Dutrizac fasse une autre entrevue pour clarifier tout cela. En plus de l’entrevue avec Loïc Tassé sur les ondes du 98,5 FM, je vous offre un clip vidéo de Gordon Chang interviewé par Charles Adler du réseau SunNews, ainsi qu’un article sur le sujet qu’il a publié dans le magazine Foreign Policy.

Benoit Dutrizac interview Loïc Tassé

Gordon Chang: A coming Chinese collapse

The coming collapse of China: 2012

While everyone is preoccupied by Syria and Libya…China is reversing back to full communism

© Yobidaba | Dreamstime.com

Totalitarian ideologies are similar to cockroaches or rats: when you think that you got rid of them, they always come back. Come on, admit it. You thought that communism was defeated, right? Oh, so because the U.S.S.R. had collapsed and with it the Eastern Block, you thought that communism/socialism was over? Do you realize how much you were naive? Ok, listen. I don’t want to be too harsh on you. I know that the clues in sight seemed to indicate that it was the case. But as you can see, it will be a long road before we finally finish the job against communism.

In effect, after a few years during which China seemed to have opened its political and economical systems to allow for free enterprise and western-like initiatives, the country is in a process of returning back to the old communist ways, the ones inspired by Mao. China was never a part of the Eastern Block, they had their own version of communism that allowed them to survive the crash of 1989-1990 when the Berlin Wall came down and the U.S.S.R. broke into pieces. But recently, the dragon of communism made its way back to the hearts of the Chinese and convinced them that it was time to revert to what made Mao’s pride. And so, the “five noes” have been reaffirmed at the National People’s Congress. They lay the path for the years to come and will determine China’s both domestic and foreign policy: « No multi-party elections, no diversity in guiding thought, no separation of powers, no federal system and no privatization ».

With nazism that has gone underground after WWII and that has been active ever since behind the scenes to sabotage our world, with Islamism on the rise and trying to replace western civilization as the dominating system, and now with the revival of communism in China adding more weight and credibility to the socialist-inclined version of Islam put forward by Iran and its Hezbollah spearhead in Lebanon and Syria, you see that we have a lot of job on our hands. It is not a time to be weak. It is a time to be strong. If we don’t resist and fight back, we are going to be assimilated and/or destroyed by one or all of these totalitarian ideologies. It is time to make a stand for democracy, for freedom and for humanity. Resist before it is too late!

For a french interview on the same subject with a specialist of China, Loïc Tassé, click here.

Patricia Adams – Nationalizing China

Le retour du Maoisme en Chine: Le dragon du communisme ne faisait-il qu’une sieste?

© Andrew Khritin | Dreamstime.com

Je vous propose d’écouter cette entrevue avec Loïc Tassé, spécialiste de la Chine. Elle est intéressante à plusieurs égards. Nous savons que la Chine, après quelques décennies de Maoïsme après 1949, a pris un virage vers l’économie de marché tout en gardant ses structures politiques communistes. Un développement économique effréné a suivi, produisant un vaste exode des populations rurales vers les villes qui sont aujourd’hui devenues de véritables mégalopoles de plusieurs dizaines de millions de personnes. Un ami à moi qui est allé en Chine me disait que sur cent kilomètres, et à l’extérieur du centre-ville proprement dit, il n’a vu que des gratte-ciel dans une certaine ville. Selon Loïc Tassé, 1/3 des habitants de la Chine vivent maintenant dans les villes, alors qu’autrefois la population était plutôt rurale. Or, un chef politique chinois, Bo Xilai, chef du parti communiste de la ville de Chongqing et ancien ministre du commerce de la République Populaire de Chine, se fait le porte-étendard d’une nouvelle tendance depuis quelques années dans le régime chinois. En effet, un certain retour aux méthodes « maoïstes » semble se manifester. On le voit par le fait que de la propagande pro-maoïste est distribuée par l’équipe de Bo Xilai, par des arrestations massives de différentes personnes, par une surveillance de l’internet digne de l’Union Soviétique, etc.

Je partage les interrogations et les inquiétudes de Loïc Tassé sur ce sujet, bien qu’il ne les ait pas formulées de façon explicite dans cette entrevue. La Chine va-t-elle retourner réellement à ce qu’elle était auparavant, avec toute la barbarie totalitaire que cela suppose pour liberté d’expression, de presse, des citoyens, des entreprises? Quelles seront les conséquences pour les pays limitrophes? La Russie se laissera-t-elle séduire elle aussi par un retour au communisme? Les alliances commerciales de la Chine avec le régime de Chavez, de l’Iran et maintenant du Pakistan, amèneront-elles avec elles un virage vers le communisme de ces pays? Continuer la lecture