Parties 4 et 5 du dossier de Project Veritas sur les vaccins pour la covid-19

Entrevue avec ‘Pierre-Luc’ sur son expérience dans le domaine de la santé au Québec, sur Théovox

‘Pierre-Luc’ travaille dans le système de santé québecois depuis plusieurs années. Parmi les choses intéressantes qu’il présente durant cette entrevue, il raconte une situation où une dame a été transférée d’un centre hospitalier vers un centre-covid, sans que son dossier médical la suive. Elle y a reçu une injection qui a provoqué son décès. Cette situation confirme les soupçons que j’entretiens depuis plusieurs mois sur les causes réelles des décès des résidents dans les CHSLD du Québec. Dans deux articles précédents, je vous présentais des vidéos de David Icke où il faisait l’analyse de l’administration d’un médicament appelé Midazolam au Royaume-Uni, qui est une drogue utilisée pour donner la mort. David Icke concluait que les morts de la «covid-19» au Royaume-Uni lors de la «première vague» sont morts en fait de l’administration du Midazolam. Il y a fort à parier que ce petit manège se déroule également dans d’autres pays, comme le Canada par exemple, et ce cas révèle que cela semble le cas. Les systèmes de santé de par le monde diagnostiquent frauduleusement la covid-19 avec le test RT-PCR qui n’est pas fait pour diagnostiquer les maladies, ce qui leur permet ensuite d’euthanasier les personnes âgées et les patients très malades avec du Midazolam, tout en mettant ça sur le dos du «covid» et faire ainsi monter les statistiques pour justifier les confinements et les fermetures d’entreprises. Un document produit par les services de santé de l’Alberta prouve que dans au moins une des provinces canadiennes, cette drogue est administrée en toute connaissance de cause aux patients atteints de «covid-19» pour les «soulager» de leurs souffrances. Bienvenue dans le Nouvel Ordre Mondial.

Théovox Actualités – 2021-07-29 from Theovox on Vimeo.

Conférence de Brandy Vaughan sur la sûreté des vaccins

Madame Vaughan est décédée voilà quelques jours. Sa mort est suspecte dans le contexte de la production des vaccins pour la Covid-19, puisqu’elle a milité pendant de nombreuses années contre les compagnies pharmaceutiques qui produisent des vaccins. Elle avait travaillé pour la compagnie Merck avant de quitter cet emploi pour se lancer dans la réinformation active.