Entrevues avec Mark Helprin et Yoram Ettinger sur Secure Freedom Radio

Ces deux entrevues récentes de Secure Freedom Radio ont retenu mon attention. La première, avec Mark Helprin, s’arrête sur les différents défis qui attendent le Président-élu Donald Trump au niveau de la sécurité nationale. La seconde, avec l’ambassadeur Yoram Ettinger, fait le tour des différents problèmes auxquels fait face l’état d’Israël dans la défense de son territoire face aux djihadistes islamistes et à des organisations internationales, comme l’ONU par exemple, qui encouragent des mouvements de boycott comme le BDS et autres initiatives pour délégitimer Israël.

Mark Helprin sur Secure Freedom Radio

Yoram Ettinger sur Secure Freedom Radio

La campagne de boycott antisioniste sur la rue St-Denis à Montréal: Une inquisition anti-Québécois et une opération nazie/fasciste

Introduction

Le présent article est le résultat de plusieurs mois de luttes contre le groupe PAJU qui harcèle certains commerçants de la rue St-Denis à Montréal depuis octobre 2010. Je vais donc essayer ici de rassembler les pièces du dossier comme le ferait n’importe enquêteur de police ou d’un autre service. Et je dois dire d’emblée que cet article se révèle à la fois être un résumé, un répertoire, un bottin, le premier d’une série de plusieurs articles ou même l’introduction d’un livre, tant la quantité des liens et des connections est importante à connaître. Tout au long de ces interminables mois durant lesquels je me suis rendu manifester contre le groupe PAJU pour essayer de contrecarrer leurs efforts envers les boutiques Le Marcheur et Naot, et ce parce qu’ils auraient commis l’odieux crime de vendre des souliers fabriqués en Israël selon les dires du PAJU, j’ai toujours eu l’impression que nous n’avions pas les bonnes clés d’interprétation pour comprendre le conflit et, ce faisant, ne nous pouvions alors adopter la bonne stratégie pour gagner la bataille. J’avais l’impression que ce qui se passait dépassait largement les cadres de l’antisémitisme et des dérives de la gauche. Comme pour vaincre une maladie il faut d’abord faire le bon diagnostic, l’honnêteté par rapport aux faits est essentielle. Cette campagne a toutes les allures d’une opération de renseignement de très haut niveau. J’adore les opérations de renseignement, les analyser, les décortiquer…sauf quand elles font paraître mon peuple comme une bande d’idiots ou d’antisémites, ce qui est le cas présentement. J’ai donc décidé de retourner aux sources afin d’avoir une meilleure vue d’ensemble, dans le but de tuer dans l’oeuf ce qui m’apparaît comme une véritable voie de fait contre le peuple québécois. Ce n’est qu’en leur remettant le nez dedans, eux les ingénieurs de cette opération, qu’on pourra la désamorcer. 

J’en profite pour clarifier que je ne reprendrai pas l’argumentaire présenté par Pierre K. Malouf dans son merveilleux livre Les faces cachées d’Amir Khadir (Éditions Accent Grave, 2012, 280 pages). Ce serait inutile. Dans une formule tout à fait appropriée, Malouf a affirmé que Françoise David et Amir Khadir représentait « la vitrine présentable de Québec Solidaire ». En ce qui me concerne, partant de là, je vais plutôt m’attarder sur ce qui se trouve à l’intérieur de la boutique de l’extrême-gauche québécoise, pour ne pas dire dans l’arrière-boutique et peut-être même dans la ruelle, si c’est possible. Je m’intéresse aux conditions sociales, politiques, historiques, idéologiques et financières qui ont rendu possible cette campagne de boycott sur la rue St-Denis pour commencer. Aussi, je veux mentionner que je ne prétends pas que tous les liens présentés ici sont nécessairement fondés et pertinents à notre investigation. Tout enquêteur sérieux et compétent est parfois amené à s’intéresser à de fausses pistes et à de fausses connexions, sans le vouloir. Que voulez-vous, ça fait parti du métier et toutes les hypothèses doivent être regardées systématiquement pour en venir à isoler la plus plausible. Néanmoins, les découvertes que j’ai faites lors de cette enquête sont suffisamment troublantes pour mériter que je vous les présente dans cet article. Mais pour permettre à ceux qui ne seraient pas familiers avec la manifestation du PAJU sur la rue St-Denis d’en connaître les grandes lignes, voici une entrevue de Pierre K. Malouf accordée à l’émission En Direct De Nulle Part.

Lire la suite

Racket de protection 101 et antisémitisme: Une étude comparative entre les Nazis et le PAJU

Le boycott

Pierre K. Malouf vient de pondre un excellent livre, Les faces cachées d’Amir Khadir, dans lequel, en plus d’analyser le parcours politique et les actions d’Amir Khadir, il raconte méthodiquement l’historique de la manifestation BDS (Boycott-Désinvestissement-Sanctions) qui a eu et qui a toujours lieu sur la rue St-Denis à Montréal contre des boutiques vendant des produits israéliens. Ce merveilleux livre de Malouf a révélé plusieurs faces cachées d’Amir Khadir et il en reste probablement beaucoup d’autres à découvrir. Dans cet article, je voudrais attirer votre attention sur les similitudes qui existent entre les méthodes employées par les Nazis dans les années trente et celles employées aujourd’hui par le PAJU, le groupe organisant la campagne de BDS à laquelle Amir Khadir s’est associé, ainsi qu’entre l’Allemagne des années trente et le Québec d’aujourd’hui.

D’entrée de jeu, on doit réaliser que les Nazis ont commencé à répandre l’idéologie antisémite de façon graduelle en ciblant tout d’abord les commerces juifs d’Allemagne. Comme en fait foi cette photo ci-dessous, les Nazis encourageaient le boycott des commerces juifs. Ils disaient: « N’achetez pas les Juifs ».

Le PAJU, de son côté, nous dit: « N’achetez pas de produits faits en Israël ». Dans cette vidéo, on peut voir le groupe exhiber leur banderole sur la rue St-Denis, en face de la boutique Naot qui vend exclusivement des produits fabriqués en Israël. Rappelons que le PAJU ne manifeste plus en face de la boutique Le Marcheur depuis juin 2011 suite à une légère altercation survenue entre Amir Khadir, qui passait là « par hasard » en voiture lors de la manifestation, et les contre-manifestants. Lire la suite

Ukraine cleanses its history: The Golden Rose and the Gehenna of present-day Europe

Last week, the remnants of the Golden Rose synagogue that was once one of Europe’s most beautiful ones, have begun to be demolished in the city of Lviv. The historical and religious site is planned to leave the way for a hotel in prevision of some European championships of soccer. These remnants are one of the few remaining Jewish vestiges in Lviv after the passages of both Nazi and Soviet totalitarian bulldozer regimes. In a recent article published in the National Post, journalist Tom Gross asks rightfully: Where is the UNESCO in all this? Well…as the UNESCO is an institution of the UN, it can’t go against its wishes. The UN being now under the control of a majority, or close to a majority of countries, that are either Muslim or that have had a long history of anti-semitism, it is clear that it is not at the UN that the Jewish community and Israel will find favorable ears for their demands or complaints.

And…it gets a little worse than that. As a matter of fact, and the National Post has chosen the exact title that says it all, Ukraine is trying to rewrite its history in an effort to erase the Jews. That’s what is going on. Don’t forget that Ukraine’s national « hero », Stepan Bandera, leaded mobile killing units to exterminate the Jews at gunpoint during WWII. These guys didn’t need crematory ovens. No. Guns were sufficient for them, as they exterminated in Belarus and Ukraine something like 3 million out of the 6 million Jews who died during the war. For more information on that, you can check the marvellous book of former Justice Department attorney John Loftus, America’s Nazi Secret. And it is these same Ukrainians who recently complained about the « special treatment » that the Canadian Museum for Human Rights in construction in Winnipeg was willing to give to the Jewish holocaust at the « detriment » of other human suffering, such as the holodomor, the killings of Ukrainians by Soviet troops. Lire la suite

Anders Behring Breivik: A sweet candy for the Left and useful fools…but too good to be true

Jes’ that I have a lot to say about this manifesto! First of all, let me clarify a few things. Looking at the « facts » to begin with, as usual, I don’t buy the official story. It is utterly improbable that this guy could have acted alone. Like in the case of the Oklahoma City bombing and countless of other similar acts, the « lone nuts » as we have come to call them have operated in teams, for the simple reason that it is complicated to organize and do such coups in terms of logistics for a start. In effect, in a tree nuts always come with a lot of brothers and sisters. In all probabilities, there were several shooters on that island to account for such casualties. Also, for me, the bombing of the governmental building in central Oslo is a separate operation from the shooting at Utoya. Yet the press and the police are trying to make us believe a ridiculous story where Anders Behring Breivik, the alleged killer, has taken a transport to go from the city of Oslo to Utoya island, with heavy ammunitions. Remember that he shot for an hour and a half, that’s a lot of bullets… As well, the official story says that he has fabricated the bomb that blew the federal building in central Oslo with fertilizer… You see, he lives on a farm… When you are a farmer, that’s the kind of things that you have, fertilizer, and if you don’t, you won’t eat very fat with your farming… Besides that it is heavy, again. Bombers try to find the smallest but most powerful explosives they can find, not something that you need a whole truck just to carry.

Another thing that is striking in this case is the manipulation of data that seems to have been taken place. According to a finding made by the webmaster of Postedeveille.ca, the tags « christian » and « conservative » have been added to the killer’s Facebook page. By who? I don’t know but it smells like a set up, a frame up, a masquerade. Lire la suite

Nouvelles en vrac sur Israel, prise 2

© Emirsimsek | Dreamstime.com

Voici votre portion de nouvelles sur Israel, non biaisées, non polluées par la propagande anti-sémite, islamiste ou palestinienne. Profitez-en, c’est tellement rare d’entendre parler d’Israel positivement ces temps-ci avec les médias collabos que nous avons. Israel est un grand pays habité par un grand peuple. Chrétiens et Juifs, unissons-nous contre les totalitaires de toutes obédiences, nazis, islamistes, fascistes, communistes et autres déjections semblables. Combattons pour la démocratie, la liberté et cette belle civilisation que nous avons, la civilisation judéo-chrétienne!

La Turquie et le Nazisme

La tragédie du Struma

L’Iran dans l’Océan Atlantique

Boycott-Désinvestissement-Sanctions

La Gauche israélienne se bat contre Israel

Les Palestiniens utilisent les enfants contre Israel

Petits terroristes du Hamas

L’émeute de l’Université Concordia de 2002: Délégitimation d’Israel au Canada

Je vous présente ici un documentaire de l’ONF intitulé Discordia, sur l’importante émeute qu’il y a eue à l’Université Concordia de Montréal en 2002. Benjamin Netanyahu, le Premier Ministre actuel d’Israël avait été alors invité par un groupe d’étudiants juifs de l’université pour prononcer une conférence. Lorsque les activistes islamiques et gauchistes de Concordia ont eu vent de la nouvelle, ils ont organisé une gigantesque manifestation qui a rapidement tourné à l’émeute. Les responsables de l’événement ont alors décidé d’annuler la conférence et Netanyahu a quitté discrètement l’immeuble. En visionnant le document, on apprend que l’association étudiante de Concordia, la CSU, a joué un rôle important dans l’organisation des protestations. Sa Présidente, Sabine Freisinger, ainsi que son Vice-Président, Aaron Maté, étaient directement impliqués. Or, il appert que Sabine Freisinger est une des activistes qui fait parti du groupe PAJU, Palestiniens et Juifs Unis, qui à tous les samedis harcèlent un petit commerçant du Plateau Mont-Royal, la boutique Le Marcheur, parce qu’il vent des souliers fabriqués en Israël correspondant à 2% de son chiffre d’affaires, et ce avec la bénédiction et le leadership d’Amir Khadir, député de Mercier à l’Assemblée Nationale. Cette manifestation du PAJU s’inscrit dans la campagne mondiale de délégitimation d’Israël, la BDS, Boycott-Désinvestissement-Sanctions. Dans le documentaire, en plus de Freisinger, on aperçoit également Chadi Marouf qui lui aussi participe au boycott du Marcheur, ainsi que Jaggi Singh, cet activiste altermondialiste bien connu qui a plaidé coupable récemment à une accusation d’avoir incité des citoyens à démolir la clôture de sécurité du G20. Notez à cet effet qu’Amir Khadir, surprise surprise, notre bon député de Mercier, est intervenu dans ce dossier en payant une partie de la caution pour le faire libérer. Voir l’article de Radio-Canada à cet effet. On peut donc voir côte à côte Jaggi Singh, Chadi Marouf et Aaron Maté dans les locaux de la CSU à Concordia. Et on peut également faire la connaissance du « charmant » Palestinien Samer Elatrash. C’est lui qui a pris en charge l’émeute et selon ce que l’on apprend, un procès a été intenté contre lui pour le rôle qu’il y a joué.

2002 Concordia University riot: Delegitimization of Israel in Canada

Here is a documentary, Discordia, made by the National Film Board of Canada about a riot that occured at Concordia University in 2002. Benjamin Netanyahu, today’s Israel Prime Minister, was being invinted to speak in front of a group of Jewish students. When leftist and Islamist activists learned the news, they organized a protest that rapidly turned into a riot. The CSU, Concordia’s student association, was apparently deeply involved in the organization of the protest-turned-into-a-riot, both its President, Sabine Freisinger, and Vice-President, Aaron Maté, being part of it. In the face of the growing violence outside the walls of the conference room, a decision was made to cancel the event and Netanyahu left the building discretely. In the document, you can see among other characters a few of the activists who are involved in the Quebec chapter of the worldwide campaign of delegitimization of Israel, the BDS — Boycott-Divestment-Sanctions — namely Sabine Freisinger, President of the CSU at the time of the riot, and Chadi Marouf. This campaign in Quebec, by the way, is being promoted under the leadership and approval of Amir Khadir, MNA of Mercier. You can also see in the documentary Jaggi Singh, the well-known anti-globalization activist, being present in the offices of the CSU and giving his best « advice » for the handling of the situation. Singh was arrested for his behavior during the G20 Conference in Toronto. Among other things, he ploted to take down a security fence. Along with Singh, you can see the Vice-President of the CSU, Aaron Maté, and Chadi Marouf, all together in the offices of the CSU. Every saturday Chadi Marouf, Sabine Freisinger, Bill Sloan, member of the Communist Party of Canada, and others are targeting a shoeseller of Montreal, Le Marcheur store, as he and his wife sell some shoes made in Israel, corresponding to 2% of their sales. To get an idea of the smear campaign against this shoeseller, check this post. If you read french, you can use the search engine to see other posts. And also in the documentary, you can watch the « charming » Palestinian Samer Elatrash leading the riot. As a result of his actions, he ended up before courts and was awaiting trial at the time the documentary was shot.

Le Parti Libéral du Québec et la mafia: une campagne de salissage signée « la gauche »

© Andrew Khritin | Dreamstime.com

Pendant tout l’automne 2010, les médias québécois n’ont pas dérougi d’allégations, de rumeurs, d’accusations de toutes sortes de corruption concernant le Parti Libéral et l’industrie de la construction du Québec. Le syndicat représentant le monde de la construction, la FTQ, a été mêlé de force à toutes ces histoires. Les médias parlaient régulièrement d’ « enveloppes brunes » remises par des firmes d’ingénierie ou de construction à des collecteurs de fonds du Parti Libéral. Au fil des semaines, une véritable atmosphère d’inquisition, de suspicion et parfois même de paranoïa s’est emparée de l’Assemblée Nationale, alors que les différentes allégations nous rappelaient étrangement le scandale du Watergate aux États-Unis. Mais alors que l’ambiance se détériorait à l’Assemblée Nationale, bien peu se demandaient qui pouvait bien être le chef d’orchestre de toute cette opération de propagande. Car c’est bien de ça au fond qu’il s’agit ici: une campagne de salissage contre le Québec, dont on a fait du Parti Libéral la tête de Turc.

D’abord, réglons tout de suite un chose: tous les États, sans exception, entretiennent des liens avec la mafia. Comme on l’a vu lors de l’affaire Iran-Contra aux États-Unis, l’argent de la drogue peut servir parfois à financer la guérilla clandestine contre le communisme. Des relations existent donc bel et bien entre les États modernes occidentaux et le monde interlope, et le Québec ne fait pas exception à cette règle. Le fait de souligner ces liens alors qu’ils sont en fait la norme dans tous les pays du monde ne peut donc que servir un but de propagande, à savoir le salissage de la classe politique québécoise. Lire la suite