Les Canadiens-français, le Québec et la langue française face à l’immigration

Mis en avant

Direct de Nomos-TV sur les résultats des élections partielles au Québec

Alexandre Cormier-Denis analyse le projet de loi de réforme de la Loi 101

En plus du projet de loi de réforme de la loi 101, Alexandre Cormier-Denis amène plusieurs éléments complémentaires. Entre autres, il fait un commentaire sur un centre d’expertise situé au Cégep Édouard-Montpetit, le CEFIR. Or, cet acronyme ressemble drôlement au mot arabe kafir signifiant infidèle. Question: De quoi au juste le CEFIR s’inspire-t-il pour dire qu’il y a un problème d’extrême-droite au Québec?

Dernier direct de Nomos-TV: Les juges sous influence

Culture et société: Féminisation et ingénierie sociale à la Ville de Montréal…

Lana Lokteff on White Nationalism and Far-Right Extremism

Two excellent videos by Lana Lokteff that present how double standards are applied to White people when time comes to defend their culture and heritage. In the media and in the public opinion, White Nationalism equates with racism and Nazism because our society doesn’t allow Whites to defend themselves as nations, peoples, tribes, cultures and as a race and a civilization. In the same spirit, anything that Whites can say to defend such culture and values is categorized as Far-Right Extremism while these things were absolutely normal and average for the common man only 60 years ago. It is time that we, whether you prefer to refer to us as Whites, Westerners or Indo-Europeans, it is time that we take back possession of language. It is the language that allows individuals and societies to define reality. Enemies of the West and of Whites have hijacked the language in a way that makes it impossible for us to exist as a race and as tribes and societies. They are trying to erase us from history and from the globe. It is not going to happen if we stand together and fight. And it starts with taking back our speech.

La défense de la langue française et l’ethnicisation de la politique au Québec, sur Nomos-TV

Je vous suggère ces deux vidéos de Nomos-TV. Dans la première, Philippe Plamondon présente le cas de l’Office québécois de la langue française, qui de toute évidence ne remplit pas son mandat. Montréal s’englicise très rapidement et les Québécois de souche perdent du terrain de plus en plus. Certains disent même que le combat est déjà perdu à Montréal et que les patriotes doivent continuer leur combat de résistance depuis les régions. Dans la deuxième vidéo, Alexandre Cormier-Denis présente le problème de l’ethnicisation de la politique au Québec. En effet, les minorités constituent une part de plus en plus importante de la population. Certaines études font état que les citoyens provenant de la race caucasienne, communément appelés les «Blancs», seront minoritaires d’ici quelques décennies dans l’ensemble des pays occidentaux, avec quelques variations. Dans le cadre de cette confusion multiculturaliste moderne, les «Blancs» sont en train de perdre le contrôle de leurs propres pays au bénéfice d’une immigration du tiers-monde à la peau colorée, dont les valeurs, les coutumes et la religion sont souvent très éloignées des nôtres.

Le ‘franglais’ d’Emmanuel Macron et la dérive autoritaire de sa Présidence…

Le combat pour la liberté n’est jamais terminé. Lorsqu’une bataille s’achève, en victoire ou en défaite, une autre s’annonce à l’horizon qu’il faut livrer sans quoi, nous risquons de perdre le combat. Ainsi donc, je me dois de parler aujourd’hui de la performance absolument médiocre du Président Emmanuel Macron en marge du dernier Sommet de la francophonie en Arménie. Il y a participé à un événement intitulé «French Tech» lors duquel il s’est adressé librement, sans texte, aux participants. Lors de ce discours à bâtons rompus donc, qui était somme toute sympathique à plusieurs égards, Emmanuel Macron s’est permis de massacrer la langue française en utilisant constamment des termes et des concepts anglais. Il l’a fait de façon tellement étendue qu’il ne parlait même plus le français mais, on aurait dit, un genre de dialecte français-anglais. Le terme de «franglais» est souvent utilisé pour décrire ce genre de dérive linguistique et on en voit des exemples de façon fréquente dans la Province de Québec notamment. Pour donner des exemples dans d’autres cultures, on voit parfois des populations originaires du Maghreb utiliser un mélange d’arabe et de français pour s’exprimer. En Haïti, la population utilise le créole, qui est un mélange de langues occidentales et de langues indigènes. Cela peut sembler pratique dans la vie de tous les jours d’utiliser ces formes linguistiques hybrides mais dans les faits, ce genre de mélanges favorise la perte de culture et de savoir. Lorsque des francophones parlent le «franglais», ils ne parlent ni français ni anglais. D’ailleurs, pour donner encore l’exemple du Québec, j’ai souvent remarqué que les gens qui s’expriment en «franglais» ont tendance à ne pas parler correctement ni l’une ni l’autre des deux langues lorsqu’ils essaient de le faire.

Cette prestation de la part d’Emmanuel Macron était indigne d’un Président de la République française. Le rôle d’un Président de la République est d’incarner l’esprit français et de défendre notre culture et notre civilisation. Aux premières loges de cette défense vient évidemment la défense de la langue et de la culture française. Le Président de la République doit, si possible, parler un français impeccable et tout faire ce qui est possible pour faire la promotion du français sur toutes les tribunes. De toute évidence, non seulement il ne l’a pas fait lors de l’événement «French Tech» (qui aurait dû s’appeler j’imagine Technique ou Technologie française) mais en plus, il a tourné en dérision notre langue nationale et ancestrale. C’est inadmissible et les Français de l’Hexagone et d’ailleurs ne peuvent l’accepter.

Au surplus, pour Emmanuel Macron, disons que les choses commencent à se corser. Cette contre-performance du Président fait suite à l’affaire Benalla où l’on a vu un protégé du Président, Alexandre Benalla, se comporter comme s’il faisait parti d’une police parallèle, privée, du Président. Elle fait suite aussi à l’événement de la Fête de la Musique, qui avait lieu le 21 juin dernier à Paris, où on pouvait constater la présence sur scène, devant l’Élysée, de danseurs semblant provenir de la communauté LGBT. Lorsque l’on constate le niveau de langue que le Président a utilisé lors de l’événement «French Tech» et le choix discutable de parader des danseurs LGBT à l’Élysée, nous sommes en droit de nous demander si Emmanuel Macron ne prendrait pas plaisir, par hasard, à tourner en dérision en fait la civilisation française elle-même et ses institutions.

L’affaire Benalla quant à elle révèle un côté autoritaire du Président, dictatorial, qui sème le doute sur sa volonté réelle de préserver la démocratie et la liberté d’expression en France. Le Parlement de l’Assemblée Nationale a un rôle très important à jouer et nous devons nous assurer que les parlementaires puissent jouer ce rôle en toute quiétude. Or, les événements récents nous font craindre que le gouvernement actuel d’Emmanuel Macron ne soit en train d’essayer de faire taire l’opposition. Au cours des derniers mois, deux juges ont décidé arbitrairement de saisir la dotation publique du Rassemblement National, un control fiscal a été déclanché sur la personne de Marine Le Pen et au moins une perquisition a été menée chez un employé du RN. Et il n’y pas que le RN qui subit les persécutions du régime. Cette semaine, La France Insoumise et son chef, Jean-Luc Mélanchon, ont fait l’objet d’une perquisition exhaustive. Mélanchon a mal réagi à la perquisition, s’est emporté, mais la question n’est pas là. Il est évident ici que le gouvernement d’Emmanuel Macron se sert de la police, des tribunaux, de la justice pour essayer de faire taire l’oppostion et en démocratie, c’est une faute impardonnable.

En regard de tout cela, on se demande où s’en va exactement la Présidence d’Emmanuel Macron. Les fautes que le Président a commises ne sont pas de nature à entraîner nécessairement sa destitution mais elles devraient sérieusement inquiéter l’opposition à l’Assemblée Nationale ainsi que tous les citoyens. Lorsque le Rassemblement National a vu sa dotation publique être saisie, les autres partis d’opposition ont gardé le silence. Cette semaine, ça été le tour à La France Insoumise d’être la cible du régime. Et demain, se sera à qui? J’appelle les parlementaires de l’Assemblée Nationale à faire preuve de fermeté et de détermination dans la défense des droits des Français, de notre culture, de notre langue et de notre civilisation. Le Président ou le Premier Ministre d’un pays n’est que le premier parmi tous les citoyens. Il doit donner l’exemple en toutes choses, ce qu’Emmanuel Macron ne fait pas, de toute évidence. Je vous laisse sur le Journal de TV Libertés où vous pourrez entendre et voir un extrait de la prestation d’Emmanuel Macron lors de l’événement «French Tech», ainsi qu’une courte vidéo où vous pourrez voir de quoi avait l’air la Fête de la Musique 2018 à l’Élysée.

Entrevue avec Angelo John Gage sur le combat de la droite politique

Angelo John Gage insiste sur l’importance pour la droite politique de changer de discours et d’attitude. La droite a un discours et une attitude de perdant, c’est pourquoi elle perd toutes ses batailles. Nous devons maintenant prendre la parole avec fierté, défendre nos valeurs et notre identité. Le véritable ennemi se trouve à l’intérieur de nous-mêmes, ce qui nous empêche de gagner le combat politique. Le discours de la droite politique doit s’adresser aux émotions, pas seulement à l’intellect. John Gage voit dans l’ascension de Donald Trump aux États-Unis un signe encourageant allant dans le bon sens. Nous devons mettre en branle une stratégie gagnante et cela passe par un changement neuro-linguistique. Pour ce qui est des éléments qui sont davantage liés à l’extrême-droite dans son discours, chacun pourra les accepter ou les mettre de côté, à son choix. C’est ce qui est si merveilleux avec la liberté d’expression.

Angelo John Gage sur Radio 3Fourteen