Conférence de Vincent Brousseau «Sortir de l’euro: Pourquoi et comment»

Vincent Brousseau, titulaire de deux doctorats, l’un en économie et l’autre en mathématique, a travaillé à la Banque Centrale Européenne pendant quinze ans avant de se joindre à l’Union Populaire Républicaine en 2014. C’est pourquoi, lorsqu’il affirme que la France doit sortir de l’euro, il sait de quoi il parle. Durant cette excellente conférence, Brousseau fait le tour des différentes questions relatives à la situation actuelle et au scénario d’une sortie éventuelle de la zone euro. Le sujet est complexe mais on doit s’y mettre et bien se concentrer. D’entrée de jeu, il identifie de ce qu’il appelle les « arguments tétanisants », i.e. les arguments utilisés par les partisans de l’euro et de l’Union Européenne pour décourager toute critique de l’euro. En effet, ceux qui proposent une sortie de l’euro sont souvent caractérisés de « fascistes », de « nazis », de « fauteurs de guerre », d « imbéciles » ou que ce sera l’apocalypse si on abandonne l’euro, etc. Il dénonce aussi les propagandistes qui parlent de la nécessité de construire « une autre Europe », alors que ce n’est pas possible puisque tout a été prévu d’avance par les traités européens, notamment le Traité de l’Union Européenne. La seule façon d’avoir une autre Europe serait que des pays quittent l’Union Européenne en invoquant l’article 50 du traité ci-nommé. Aussi, l’euro est construit autour d’une faille. L’euro est l’union de 19 monnaies liées entre elles par un taux de change de 1 pour 1. L’euro crée des créances sur la Banque Centrale Européenne mais surtout d’abord sur les banques centrales nationales où l’euro a cours. Le processus de création de l’euro est donc réversible puisque les banques centrales nationales existent toujours. Un pays pourrait déclarer que son euro national cesse d’être échangeable 1 pour 1 avec les autres euro. Au surplus, au niveau de la croissance économique, le 30 septembre 2008 le marché monétaire interbancaire s’est interrompu. Ce marché permettait aux banques de se prêter de l’argent les unes autres. En raison de cet arrêt, les banques européennes gardent désormais leur argent au lieu de les prêter aux entreprises, ce qui fait qu’il n’y a plus aucune croissance dans la zone euro. À voir.

Robert McDowell sur la censure de l’internet

Cette entrevue avec Robert McDowell de l’Institut Hudson donne une bonne idée du défi qui attend les défenseurs de la liberté de parole sur internet et de l’internet en général. Selon McDowell, le Président Obama songerait à instaurer une forme de censure de l’internet en classant les communications qui s’y déroulent comme étant de la même nature que celles des communications téléphoniques, forçant ainsi les mêmes standards et limites. Cela aurait pour conséquence faire tomber les communications web sous le coup d’une loi de 1934 sur les communications téléphoniques. Une courte Adresse à la Nation du 10 novembre 2014 fait état de la position présdentielle. Malgré le ton anodin de l’adresse du Président, McDowell pense plutôt qu’il s’agit d’un premier pas vers la censure de l’internet, de la parole libre qui s’y exprime, de la liberté d’entreprendre, etc. Le principe de la « neutralité du web » pourrait cacher autre chose, comme l’obligation de faire respecter les normes de traités ou de standards internationaux comme l’interdiction du blasphème contre les religions, ou les exigences de la rectitude politique, par exemples. Voici l’entrevue avec Robert McDowell, au premier segment, suivit du vidéo de l’adresse du Président Obama:

Robert McDowell sur Secure Freedom Radio

Entrevue avec Pierre Jovanovic sur la situation économique de la Grèce

L’entrevue date de la fin de l’année 2012 mais elle est toujours d’actualité. Jovanovic s’est trompé sur l’issue de la dernière élection générale, alors qu’il voyait le parti de l’Aube Dorée l’emporter. Comme nous le savons, c’est le parti Syriza qui a gagné les dernières élections. Mais ce n’est pas bien grave, ce qui compte, c’est la substance de l’analyse. Le journaliste économique fait ici le bilan d’un voyage en Grèce qu’il a effectué récemment et il témoigne comment celui-ci lui a donné le sens de la réalité des choses. Les travailleurs grecs ont vu leur salaire être coupés de 30%, ce qui, dans les faits, se traduit aussi par une baisse de la puissance économique du pays dans les mêmes proportions. Les conséquences sont catastrophiques alors que le chômage atteint des proportions record, que les entreprises peinent à faire leur frais et que les fleurons locaux de l’économie sont rachetés depuis l’étranger. Jovanovic lance aussi l’avertissement que ce qui se passe en Grèce aujourd’hui va se passer dans d’autres pays européens très bientôt, y compris la France, puisque ce sont les mêmes indicateurs qui sont au rouge. Les mesures d’austérité aggravent la crise qu’elles sont sensées régler. Pour lui, la Grèce est un laboratoire permettant à l’élite financière européenne et mondiale de voir les réactions de l’effondrement total d’une société européenne. Les États-Unis surveillent la situation de près puisque la construction européenne et l’euro servent leurs intérêts économiques et politiques. Parmi les principaux conseils qu’il donne pour se protéger de la crise mondiale qui s’annonce, avec l’effondrement des systèmes bancaire et monétaire, il y a, évidemment, le fait de ne pas laisser d’argent dans les banques et de plutôt acheter de l’or ou de l’argent. Plusieurs autres sujets sont abordés. À voir.

La prière du dimanche: Un peu d’air frais svp…

En ces temps moroses, déprimants et angoissants, et alors que la guerre froide se réchauffe, ça peut faire du bien à tout le monde d’avoir un peu d’air frais. Il n’y a alors rien de mieux que de belles femmes pour nous aider à nous détendre. Voici deux vidéos de charmantes chanteuses, Jennifer Lopez et Beyoncé.

Débat sur le terrorisme islamiste tenu lors du « Maghreb des livres »

Cela fait du bien d’entendre des ressortissants du monde arabo-musulman, qui ne sont pas tous arabes et/ou musulmans d’ailleurs, tenir un discours qui parle d’autre chose que du djihad ou de la charia. Il existe des intellectuels dans le monde arabo-musulman, dans le Maghreb, et ce en dépit du fait qu’ils doivent être très prudents dans leurs propos et leur conduite. Je vous propose ce débat car il en vaut la peine.

Deux conférences de François Asselineau de l’UPR

L’excellent François Asselineau présente ici dans la première vidéo les principaux points qui font de l’Union Populaire Républicaine une force politique considérable aujourd’hui en France. L’UPR est une des seules formations politiques françaises qui soit capable d’apporter de réelles réponses aux Français car ses représentants posent les vraies questions et font les bons diagnostics. En effet, la sortie de l’Union Européenne, l’abandon de l’Euro et la sortie de l’OTAN deviennent inéluctables pour que la France retrouve sa réelle place dans le concert des nations, comme un pays souverain, fort et décidant par elle-même de sa politique étrangère et de ses lois. Dans la deuxième vidéo, Asselineau présente ses vœux pour l’année 2015, dans la première partie. Dans la deuxième partie, il y va de ses réflexions sur le massacre de Charlie Hebdo et dénonce les manipulations médiatiques qui ont eu lieu à ce moment-là. Pour résumer, les propositions de l’UPR dresse une hiérarchie des priorités qui est essentiel pour sauver la France de la désintégration qui s’annonce et pour éviter la disparition ni plus ni moins du peuple français.